Chiclayo, le musé de Sipan et le vol de notre caméra, Pérou

Jeudi 30 juillet 2009

Nous quittons Huanchaco pour Trujillo (1,5 sole) et allons voir pour les bus pour Chiclayo (15 soles) le prix des bus est assez cher pour la distance.

Chiclayo est une grande ville peu attirante mais qui a dans les environs des musées intéressants? Nous allons voir le musée de Tumbes Reales del Sipan. C'est un musée qui est très bien présenté (10 soles) et avec des trésors fascinants. Le tout trouvé dans la tombe du seigneur de Sipan. On y passe tout un avant-midi. Malheureusement, interdiction de photos.

Et là il nous arrive un petit malheur, comme pour fêter nos 3 ans de voyage... Vers 19 h on se dirige vers un grand super marché il y un passage avec beaucoup de monde. Dany a senti quelque chose sur le sac à dos, je regarde mais tout est OK, quelque seconde ensuite, Dany se rend compte que la caméra n'est plus dans la pochette qu'il a en bandoulière. Il se souvient d'avoir vu un gars louche qui tenait un journal et en y repensant il se souvient de l'avoir vu cacher quelque chose sous une revue. Ça fait 2 minutes mais on sait qu'il est déjà trop tard.

On demande à un gardien tout près s'il y a un magasin revendeur de matériel usagé dans le coin. Les pickpockets revendent habituellement à d'autres les objets volés. Il nous indique qu'il y a un Mercado Negro le Cochina (marché noir). Pour être certain de l'info on demande à deux policiers sur la route. Ils nous conseillent fortement de faire une plainte au commissariat et nous disent que les policiers ont l'habitude d'aller au marché noir pour récupérer des choses volées. Il nous dit aussi que ce marché est dangereux et vaut mieux y aller accompagner. On s'imagine un grand marché de stock volé, on est optimiste de pouvoir la retrouver demain.

On va donc au commissariat de police, et on tombe sur un inspecteur comme on aurait pu se l'imaginer pour un pays comme ici. Il écrit sur un cahier Canada (cahier feuille lignée) notre « déposition » mais est plus intéressé à parler des particularités culinaires du Pérou que du vol. On ne veut pas l'insulter mais on commence à en avoir assez. On lui dit que l'on s'en fou de la déposition, on veut l'adresse exacte du marché noir. Il nous dit que nous devons être accompagné de deux policiers, de vider nos poches avant d'y aller, avoir aucun argent ni papier, ça a l'air d'être vraiment gros. Après avoir pris 30 minutes de notre temps et écrit 3 lignes sur sa feuille, il fait mettre l'empreinte digitale de Dany en preuve de signature de la déposition. Est-ce nous les criminels?

Petite parenthèse; durant ce 2e séjour (ont n’avait pas vu ça durant nos 2 premiers mois) les bus longues distances nous font mettre notre empreinte digitale sur une feuille avec le no de notre siège avant d'Entrer... bizarre, et ce en plus du filmage de notre tête! Pourtant on a essayé de trouver les compagnies les moins chères?!

On s'en retourne vers notre hôtel qui est à deux rues de là. Et là quel toupet, le pickpocket c'est transformé en voleur à l'arraché, il nous surprend par l'arrière et tente d'arracher la pochette où se trouvait la caméra sans succès. Comme c'est une caméra qui ne se vent pas ici (donc les batteries et chargeurs n'ont plus) il a du penser qu'il retrouverait le kit complet dans la pochette. En plus, comme nous nous promenions l'air de rien, il pensait peut-être que nous ne nous étions pas encore rendu compte du vol. Dany part tout de suite à sa poursuite même s'il ne nous a rien pris, car il se doute qu'il doit avoir la caméra sur lui. Il l'attrape presque mais son ami l'attend au coin de la rue avec une moto, et sans ses lunettes Dany n'est pas capable de prendre le no de la plaque.

Le lendemain matin on décide d'aller nous même au marché noir, question de voir de quoi ça à l'air? Même si un des policiers que nous avons vu au commissariat avait l'air bien honnête et voulait nous aider, il n'en était pas de même pour l'inspecteur qui se sent certainement supérieur au simple policier. Surtout lorsque ce policier nous dit que nous pouvons avoir une copie de notre déposition, là ont la figure de l'inspecteur changer. Donc on part seul, avec toutes nos précautions car on s'attend à être dans un endroit peu rassurant. Les femmes polices de la veille (le commissariat des femmes est séparé de celui des hommes?) nous avaient indiqué à notre demande l'endroit exact, soit près du grand marché. On regarde un peu et on ne trouve pas ce que nous cherchons. Il y a plein de polices dans le coin et nous demandons à deux d'entre eux de nous indiquer le marché noir. Ça prend quelques minutes d'explications et ils nous indiquent où il se trouve. Ils nous attendent au coin de la rue et nous disent de ne rien faire si nous la trouvons, ils iront la récupérer par la suite.

Ça pouvait bien passer inaperçu, deux commerçants de cellulaire et de télécommande dans la rue et c'est ça leur marché noir! La grosse affaire! On retourne voir les policiers et on leur dit que nous n'avons rien vu, on reviendra un peu plus tard. Nous changeons de technique, nous avions imprimé l'image de notre caméra. Peu confiant que ce marché noir est très opérationnel, nous allons tout de même voir les 3-4 marchants que les policiers nous ont indiqués et leur donnons la photocopie de l'image en leur disant que nous repasserons dans quelques heures et que nous sommes prêts à payer 50 $ pour celle-ci. On verra bien s'ils communiquent entre eux.

En après-midi, nous revenons, personne n'a rien, c'est perdu pour notre caméra. Qui s'est elle est peut être dans les poubelles car ils ne peuvent rien faire avec elle.

Nous voyons en chemin un magasin d'électronique avec un super spécial du mois, une caméra à 50 % de rabais. Donc pour 100 $ Dany a une nouvelle caméra mais la plus basique qui existe.

Lundi 3 aout 2009

Dommage de terminer le Pérou sur cette note négative, nous enchainons ensuite les bus de Chiclayo à Piura suivi d'un bus de nuit pour Loja en Équateur.


Par Maryse Guévin et Dany Thibault
Voyage Tour du monde 2006-2010
Photos, vidéos, budget et carnet de route (récits de voyage)

0 commentaires:

Publier un commentaire

Laissez-nous vos impressions, commentaires ou questions. Il nous fait toujours plaisir de recevoir vos messages

Nous vous remercions Dany et Maryse

Commentaires Facebook