De Arica à Santiago au Chili (Calama, San Pedro d'Atacama)

Notre trajet d'Arica à Calama en passant par San Pedro d'Atacama


Le 18 novembre 2008 de Arica à Pozo Almonte (Humberstone)


Le matin, nous quittons notre plage en camping sauvage pour aller faire du pouce sur la route. On pensait savoir où elle était mais après un moment, un Asiatique nous offre de nous conduire au terminus mais on décline l'offre. Par la suite, une femme s'arrête et nous propose de nous emmener sur la route principale, ce sera plus facile. Effectivement, nous étions bien loin de la route 5. La ville est très grande. Il y a un marché pas très loin et on décide de marcher pour le dépasser et de cette façon filtrer un peu les voitures. Une jeune femme nous propose de nous conduire à quelque km de là (10km) pour prendre plus facilement : pourquoi pas?

Vidéo d'Huberstone


De là les voitures sont vraiment filtrées, ils n'en passent presque plus. On pense ne jamais réussir. On est pas bien bon pour l'autostop mais ça viendra. On réussit après moins 1 h. Nous sommes super bien installés, il y a deux grandes banquettes à l'arrière et Dany prend le siège avant. C'est un employé de Shell. Il est dynamique. Il s'arrête en chemin pour que nous prenions des photos et il en prend également. Il se rend à Santiago en trois jours. Il a les chambres et la nourriture de payes. On lui demande de nous laisser à Humberstone. Il nous dit que c'est très beau, il l'a visité il y a peu de temps. On aurait difficilement pu avoir chauffeur plus sympa.

Photos d'Huberstone
village fantome d'HUmberstone
Cliquez sur la photo

Nous descendons juste devant l'entrée du site. On se dit au revoir et il veut un souvenir en photo qu'il prend et nous le prenons en vidéo. Nous entrons par la suite pour visiter le site. Nous laissons au gardien notre gros sac à dos. L'entrée est à 1,000 pesos. C'est très impressionnant de voir toutes ses maisons encore en états inhabitées. Le plus surprenant reste le théâtre; un aussi grand théâtre pour une si petite ville. C'était une ville de 206 maisons qui vivaient d'une mine de salpêtre. Et ils étaient riches, ou du moins dépensaient pour leur ville. Il y avait aussi une piscine municipale faite sur le même principe que les bateaux et pas une petite. On passe une partie de la journée dans ce village fantôme.

Par la suite, on marche vers Pozo Almonte et on n’ose pas faire de pouce pour déranger pour quelque 6-8km. On part donc à la marche avec nos sacs qui pèsent lourd. Un militaire s'arrête sans que nous ayons fait de l'autostop et nous propose de nous conduire en ville. Nous faisons quelques provisions dans cette petite ville. Il y a deux hôtels. Nous décidons de sortir un peu de la ville et de faire du camping sauvage : on n’a pas besoin de douche aujourd'hui ;))

Le problème c'est que nous tombons sur une affiche de camping, on ne peut toujours pas installer notre tente sous cette affiche. Ça nous oblige à continuer un peu plus loin. On trouve un petit endroit parfait près de la route. Le sommeil vient tôt, demain on repart.


19 novembre 2008 Calama


Le matin on range vite notre tente et on commence l'autostop vers 7 h comme d'habitude. On prend assez rapidement et on se rend à Calama directement avec un camionneur. Lorsque nous arrivons à Calama il est en fin d'après midi. Il nous dépose près de la jonction pour San Pedro. Comme on ne sait pas combien de distance il y a, on décide de camper juste là, en bordure des jonctions d'autoroutes, on est bien caché par des plateaux de sable qui descendent jusqu'à la rivière. Un petit coin bien tranquille dans le quartier industriel. Une bonne nuit de sommeil avant d'aller dans l'endroit touristique par excellence : San Pedro


20 novembre 2008 San Pedro


Le matin, nous marchons pour la jonction pour San Pedro. On est surpris de voir que toutes les maisons ici à Calama semblent être munies de clôture en fer et avec des fils électriques en plus, sans oublier les gros chiens qui jappent à notre passage. On demande de l'eau à une dame qui est à l'extérieur de sa maison mais à l'intérieur dans sa clôture. Elle nous donne le tuyau à travers les barreaux... drôles d'impression.

Lorsque l'homme du camion nous descend à San Pedro, nous sommes surpris par le nombre de touristes et par la ville qui n'a que des restaurants et hôtels. Le bureau d'info nous dit qu'il est interdit de faire du camping dans la vallée de la lune. On regarde les excusions qui semblent intéressantes mais totalement hors budget pour nous.

On trouve un camping non officiel mais tout de même affiché. C'est le moins cher de San Pedro nous confirme les Français déjà présents. Les autres sont le double de celui-ci. On se retrouve donc drôlement entouré d'une 10e de Français. 5 d'entre eux y sont depuis 14jours!!! Et ça, presque sans visiter les alentours. Par contre, ils ont essayé le cactus hallucinogène, et 3 d'entre eux sont musiciens et se font amis avec les musiciens d'ici. Tout le monde est bien sympathique.

On nous confirme que nous pouvons aller à la vallée de la lune de nuit en économisant les frais d'entrée. C'est ce que nous faisons dès le lendemain. Comme toujours depuis que nous sommes au Chili, nous nous cuisinons notre bouffe avec gaz et bruleur. Les restaurants sont très chers par ici.

Photos de San Pedro
San Pedro de Atacama
Cliquez sur la photo

On part dans la nuit à pied (les vélos sont aussi très chers) en direction de la vallée de lune. La température est idéale. On se rend plus rapidement que prévu. Une fois arrêtée on a un peu froid. On se trouve une grotte et il y fait très chaud. On attend le levé du soleil et la chaleur de celui-ci.

Après avoir admiré le lever du soleil et le quartier de lune présent, on a décidé de faire le grand tour et on a bien fait. La première partie est belle mais la 2e beaucoup plus. On voit des croûtes de sel, des dunes de sable noir, des canyons incroyables derrière le poste de péage no2. C'est en fait la plus belle portion du trajet. Après le poste de péage, une route plate et longue sur plus de 5 km. Personnes pour nous prendre. On a bien hâte d'arriver à la route car nous sommes en trait de brulé. Il fait une chaleur incroyable et le soleil tape.

On arrive enfin à la jonction, pas question d'avancer d'avantage, on fait du pouce sans bouger. On se fait prendre rapidement pour les 12 km restant, une chance. On est mort de fatigue, de faim et de chaleur, nous étions partis ce matin avec 7L d'Eau. Une bonne précaution dans ses chaleurs. Nous sommes contents de retrouver notre tente.


22 novembre 2008 San Pedro


Nous partons explorer la vallée de la mort et la cordillère de sel. Après cette marche, nous décidons de laisser tomber pour la vallée du diable. On reste dans la ville pour l'après-midi et on se repose. Demain nous repartons, nous décidons à la dernière minute de tenter pour la lagune Miniques. On revoit un des campeurs pour la 3e nuit. On se demande pourquoi chaque jour il défait sa tente part avec tous ses sacs et revient le soir au camping. Et bien ça fait 3 jours qu'il essaie de passer en Argentine sur le pouce et ça ne fonctionne pas... IL y en a qui sont patients.

Vidéo de San Pedro




23 novembre 2008 Socaire lagune Miniques


On pense démissionner avant de se faire prendre par un premier camion pour Toconao. Ensuite, deux hommes nous prennent jusqu'à la jonction pour Peine. Peu de transports passent. Enfin, deux dames accompagnées d'une soeur et de deux enfants nous font une petite place coincée entre eux. IL restait une 15e de km. On arrive à Socaire tout confiant. On apprend que le parc est à 28 km du village. Ça en fait long à marcher. En plus on doit revenir et pas d'eau sur la route. On hésite. On essaie le pouce mais rien à faire. Soit c'est des tours organisés ou de rares touristes qui ont loué une voiture et qui ne sont pas intéressés à nous prendre. Comme le soleil tape fort on se trouve un petit refuge sur la route. On s'y cache en constatant qu'il n'y a plus de voitures qui passent, on les voit tous revenir, les tours et les quelques voitures de location.

On décide que demain on rebrousse chemin. Impossible avec tous nos sacs de faire 28 km à pied et pour l'aller seulement sans savoir s'il y aura de l'eau potable arriver au bout. De toute façon on en verra d'autres parcs intéressants en route.

Photos de Socaire
Déset entre SAn Pedro et Socaire
Cliquez sur la photo



24 novembre 2008 Calama


On se lève tôt pour ne pas manquer les villageois qui vont vers San Pedro. Erreur, il n'y a pas de villageois qui sortent de leur village, du moins pas aujourd'hui. On attend de 7 h à 11 h sans voir de voitures passer sauf un jeep loué par des touristes. Nous sommes lundi et la bonne soeur est surement partie;)) Vers 11 h c'est les tours organisés qui commencent à passer mais vers le parc. Un de ceux-ci qui s'arrêtait pour passer la commande du repas du diner nous dit que nous avons peu de chance de réussir à prendre. Il nous dit que si nous sommes encore là lorsqu'il repassera, il nous prendra. Et effectivement à 2 h lorsqu'ils reviennent et terminent de manger, nous sommes toujours là. Il lui restait 2 places et nous offre le trajet gratuit. On parle avec deux Français et un Québécois qui font partie du groupe de 12 personnes du tour. Quelle chance nous avons, on aurait été prêt à payer pour partir du village! Surtout avec la marchande du village; celle qui a les pains et provisions, quel air bête cette femme. Nous achetons du pain le matin et en après-midi elle décide qu'elle augmente le prix considérablement avec un petit sourire en coin, Dany lui redonne ses pains, on a des provisions, on mangera autre chose. On arrive rapidement et directement à San Pedro.


On décide de ne pas trainer et d'essayer l'autostop tout de suite pour Calama. Comme nous avons un peu faim, nous nous faisons à manger avant de continuer à faire du pouce. Aussitôt que nous relevons le pouce à nouveau, on se fait prendre par des étudiants en anglais. Ils donnent des cours d'anglais à San Pedro mais résident à Calama. Nous atterrissons près du centre et allons voir le camping qui est listé dans notre guide. Le seul camping du coin a ce que l'on dit. L'emplacement n'est pas laid mais pour 10,000 c'est un peu exagéré.

Il se fait assez tard, on décide d'aller au petit endroit dans le quartier industriel où nous avions fait du camping sauvage la dernière fois. Pratique le GPS pour retrouver l'endroit.

De Calama à Santiago

24 novembre 2008 Calama

Le lendemain, après notre camping sauvage dans le quartier industriel de Calama on se trouve une chambre à 10,000 la nuit pour les deux. On profite d'une connexion WiFi pour reprendre un peu du retard. On y passe deux jours à profiter d'un bon matelas et d'une douche chaude. Nous avons même droit à un spectacle de Quechua sur la grande place, Dany ne peut résister à l'achat de 4 CD.

Une dernière nuit en camping sauvage à Calama avant de faire du stop pour Antofagasta.

Photos de Calama
Dans la ville de Calama
Cliquez sur la photo


28 novembre 2008 Antofagasta


Un camion nous prend rapidement pour Antofagasta, mais nous, nous voulons continuer plus loin. Il nous descend à une jonction mais difficile à cette heure et à cet endroit. On change d'idée et on prend le chemin pour Antofagasta. On est un peu découragé de voir cette grande ville. Où pourrons-nous faire du camping? Nous allons voir le bureau d'information qui est d'une incompétence rarement vu. Même pas capable de nous indiquer les bus de ville. On va faire quelque provisions au Lider puis on marchons le long de la plage. On voit en route des loups de mer (ou proche parent) On trouve un endroit en plein centre-ville sur le bord de l'eau qui pourrait peut-être aller pour la nuit. On hésite, on se demande si on pourrait avoir de problèmes. Dany voit trois gars installés tout près. Le gars dit à Dany qu'il n'y pas de problème pour camper ici : il le fait. IL reste dans une cavité sous le trottoir. Il dit qu'il a des amis qui viendront avec leurs tentes plus tard. Il nous explique qu'il doit faire noir pour monter la tente et que nous devons quitter avant le levé du soleil. Il dit être bien ami avec la police et il est même gardien le soir. Et c'est vrai!

Photos d'Antofagasta
Antofagasta
Cliquez sur la photo

IL nous offre des Maracos en soupe, impossible de refuser nous dit-il. Il les ramasse le matin sur la plage et il est bien fier de nous dire que dans les restaurants, c'est parfois plus de 20 $ Il est bien sympa et connait pleins de choses. Lorsque le soleil tombe nous installons notre tente. Nous avons même droit à une vue sur le Teleton qui se déroute justement aujourd'hui. Musique toute la nuit mais on est assez loin pour s'endormir facilement. Drôle d'ambiance de s'endormir sur la plage en plein centre-ville dans notre tente entourée de quelques itinérants. (ville entre 200,000 ou 300,000 habitants)

Vidéo de Calama à Santiago

Vallenar en direction de La Serena

Le matin nous quittons l'endroit non sans dire bonjour à notre ami Fernado. On le quitte, lui et ses amis de la plage. Deux jeunes hommes prof de surf nous emmènent jusqu'à la jonction. Par la suite, un camionneur nous prend pour plusieurs km. Nous étions supposés d'aller à La Serena avec lui mais un de ses amis a un problème mécanique et il nous descend à Vallenar, nous aurons fait une longue journée et plus de 700 km ça c'est une bonne journée. Par contre, on avait quelques difficultés de compréhension avec lui. Lorsqu'il a commencé à nous parler, pas moyen de dire un mot, un vrai moulin à parole, on a bien essayé de lui dire que nous ne comprenions que la moitié et même moins mais il ne nous lassait pas la chance de parler. On n’avait même pas besoin de répondre, on souriait de temps à temps, après 1 h à parler on se demande presque comment il faisait pour respirer, ça devenait un peu gênant de lui dire que nous n'avions quasiment rien compris... Par chance, les questions se faisaient rare et ça n'a pas duré tout le trajet, par la suite, il y avait des moments de silence qui nous faisait plaisir.

Encore un camping sauvage à quelques mètres de la route principale pour être prêt demain à faire du pouce pour La Serena,

30 novembre 2008 La Serena

Une bonne nuit de sommeil et nous partons pour La Serena, nous sommes un peu déçus à notre arrivée par la ville. En plus, nous sommes dimanche et la ville semble endormie. On se promène toute la journée avec nos sacs à dos puis le soir on se trouve un petit coin pour le camping. Le lendemain, après 4 h à tendre le pouce et à voir des centaines de voitures nous passer sous le nez on décourage. On aurait bien aimé dire que nous sommes partis d'Arica à Santiago sur le pouce mais on n’est pas des vrais de vrais et on décide que ce sera le bus ce soir. On ne veut pas passer une nuit de plus ici et d'entrer à Santiago de nuit ou tard en soirée ne nous enchante pas. On va donc voir pour les bus, notre deuxième bus du Chili mais la 1ere longue distance. On est surpris par les prix! C'est assez cher. Nous réussissons tout de même à en trouver un qui nous donne le prix d'un bus de jour même si nous le prenons de nuit. Bien sûr, nous prenons semi camas et non les camas.

Photos de La Serena

La Serena
Cliquez sur la photo

Nous sommes surpris de bien dormir toute la nuit, le bus est calme, la route est belle, ce n'est pas le Pérou! Nous arrivons tôt le matin à Santiago. Nous savons déjà que nous n'y resterons pas longtemps et que nous repartirons en bus de la ville. Trop difficile de faire de l'autostop dans une ville aussi grosse. Santiago est la capitale du Chili et on y compte près de 5millions habitants.

1 décembre 2008 Santiago

Pas question d'y faire du camping sauvage et nous avons bien besoin d'une douche chaude. Malheureusement, nous voyons trop tard la super adresse que Maite et Hugues ont trouvée et mirent sur leur site. Pour l'Info, c'est l'auberge Hostel de Sammy (à 5,000 par personne) qui a l'air génial et pour beaucoup moins cher que les auberges listées que nous avions. L'auberge jeunesse internationale propose ses lits en dortoir pour 10,000 par personne!!! 20 $CAN ça fait cher. Nous trouvons la Recidencial Vicky sur la rue à 6,000 par personne en dortoir de 4 dans le quartier Brasil. Il y a une cuisine et un endroit pour laver notre linge et un ordinateur avec internet mais il ne fonctionnait pas lorsque nous y étions. Nous avons été bien chanceux d'avoir le dortoir pour nous seuls. Une nuit récupératrice pour nous avant de prendre un bus de nuit pour Laja, un parc national. Une aubaine trouvée, 6,000 par personne pour Santiago — Laja. Au départ nous pensions nous rendre à Los Angeles mais la dame qui vend les tickets nous a dit que Laja était tout près d'où nous voulions aller même si nous ne le trouvons pas sur notre carte. Départ à 23 h et arrivée matinale. Super.

Photos de Santiago

Santiago
Cliquez sur la photo


Par Maryse Guévin et Dany Thibault
Voyage Tour du monde 2006-2010
Photos, vidéos, budget et carnet de route (récits de voyage)

0 commentaires:

Publier un commentaire

Laissez-nous vos impressions, commentaires ou questions. Il nous fait toujours plaisir de recevoir vos messages

Nous vous remercions Dany et Maryse

Commentaires Facebook