Nos premiers pas dans le nord du Laos, Louang Namtha et problèmes de vélos

Le 17 septembre arrivé au Laos :
Traversé de la frontière
Nous prenons le bus de Mengla en Chine pour nous rendre à la frontière du Laos; bottent. Nous arrivons en moins de deux heures à la frontière. Sur le trajet nous menant à la frontière on voit une autre Chine... Un mélange avec le Laos sûrement. Les villages sont plus petits, déjà on sent que ce sera plus calme que la Chine. Le chauffeur fait un arrêt juste en face du poste frontalier. Nous faisons tamponner notre passeport pour notre sortie de la Chine. Rien n'est vérifié et quelques questions de base nous sont posées seulement. C'est la deuxième fois que nous traversons à pied une frontière; pas tout à fait à pied car pour les 3km qui nous séparent du poste frontalier lao, nous prenons un Tuk tuk payé avec nos yuans restant à prix fort! Il n'y a pas beaucoup de compétition et ils savent bien que tout le monde a bien hâte de franchir les douanes!

Rendu au poste Lao, on rempli un petit carton et puis voilà : notre visa est tamponné : nous sommes au Laos. Nous prenons un bus, plutôt une mini van, pour Luang Nam Tha. Nous sommes surpris par le prix des transports : on pensait que ce serait un peu moins cher! On verra pour nos prochains transports. Nous voyons que tout le monde paie le même prix et donc c'est cher pour tout le monde! Peut-être parce que nous sommes à la frontière.

Le 17 septembre arrivé à Luang Nam Tha :

Une journée relaxArrivés à Luang Nam Tha, nous sommes surpris par le calme de la ville. Pourtant en Chine nous étions en grande partie dans des petites villes mais une petite ville de Chine doit être plus grosse qu'une grande ville du Laos! Nous sommes aussi surpris de voir que la première chambre que nous visitons est à 20,000kips pour les deux (soit 2 $ US)! On ne pensait pas que les chambres étaient aussi peu chères, ça compensera pour le transport! Nous nous installons et allons visiter les rues qui forment la ville. Les deux rues commerçantes sont asphaltées; les autres rues de la ville sont en terre sablonneuse.


Vidéo de Luang Nam Tha





Photos de Luang Nam Tha


18 septembre 2007
Une journée de vélo ou de marche?
Le lendemain, nous nous louons un vélo pour visiter les alentours. Nous prenons les vélos sans vitesse car nous voulons des gardes boue et surtout un panier pour éviter d'avoir un sac à dos sur nous. Les vélos de montagne avec vitesses viennent sans cet équipement. Lorsque nous avons choisi ces vélos nous ne savions pas que nous aurions une pente à monter.
Nous prenons le chemin pour la vieille ville et nous nous retrouvons au milieu de tous les écoliers... ils sont très nombreux à vélo avec leurs chemises blanches. Nous les suivons sur une courte distance et nous fourchons vers les rizières, le stupa That Phum Phuk et vers le village Akha. C'est bien ici car plusieurs visites sont gratuites; ça nous fait différents de la Chine. Nous faisons donc le tour de ce stupa (gratuitement comme plusieurs temples) Le stupa a été reversé par une bombe durant la guerre d'Indochine, une réplique a été construite juste derrière..
Les paysages sont très verdoyants; nous sommes en fin de saison des pluies donc les couleurs sont éclatantes malgré le ciel partiellement nuageux. Par chance qu'il y a quelques nuages : car nous marcherons plus que prévus. Pour nous rendre au village Akha nous devons monter une pente forte pendant plusieurs km. Nous sommes bloqués après quelque km par la route qui est inondée.
On reste devant en essayant d'estimer la profondeur : mais on ne voit pas le fond car l'eau n'est pas très claire. Des locaux passant par là nous indiquent que nous n'aurons pas d'eau plus que les genoux. Nous attendons tout de même qu'ils passent pour les imiter à notre tour. Nous remontons nos pantalons et traversons avec les vélos. Le reste se fait à pied à côté de nos vélos car la pente est trop forte et avec nos brimbales impossible d'insister. On monte donc plus de 8 km en faisant quelques mètres de temps en temps sur les vélos.
Nous voyons des papillons de toutes les couleurs. C'est le paradis pour les papillons par ici. On ne prend plusieurs photos au calme, même pas un village sur la route, que quelques maisons ici et là. À un moment lorsque Dany essaie son vélo de nouveau, manque de chance, le boulon arrière n'était pas bien serré. Comme ce n'est pas nos vélos, nous n'avons aucun outil et personne n'est sur la route pour nous aider. Dany ne peut continuer à rouler... après un ou deux kilomètres de marche, on aperçoit un bambou sur le sol et Dany répare l'engin en coinçant le bambou entre la roue et la fourche avec un caillou comme marteau. Ça a l'air de tenir donc nous continuons de marcher à côté de nos vélos car la pente est encore trop forte pour la faire sur ceux-ci.
Au bout d'un moment nous n'avons plus d'eau et comme il n'y a aucun village nous décidons de faire chemin inverse et tant pis pour le village Akha. Nous nous attendions à plus de villages sur la route, avoir su on aurait fait une plus grande réserve d'eau. Nous sommes chanceux car tout ce que nous venons de monter à pied, va redescendre : on entame la descente le vent dans les cheveux et avec à peine de freins...
Malchance moins de 500 mètres après notre descente Dany fait une crevaison... Donc on redescend la pente de la même façon que nous l'avons montée : à pied. Nous marchons un très long moment pour rejoindre un village à 3 km de Luang Nam Tha. Nous aurons marché près de 18 km. À ce village nous faisons réparer la crevaison par des locaux : à un prix pas très local! On voit que le pneu a été réparé à plusieurs reprises. On espère que ça va tenir un bout. On se permet d'aller un peu au nord de la ville avec notre vélo, mais on ne s'éloigne pas trop et on les remet épuiser de notre marche!

Vidéo de notre aventure à vélo




19 septembre 2007
Une journée de marche planifiée!
Nous marchons vers le village de Lao Houei peuplé par des Lantens. Pas de vélo aujourd'hui, aussi bien de le faire à pied et ne pas traîner des vélos après notre journée d'hier. De toute façon il n'y a que 12 km aller-retour pour se rendre aux chutes de Ban Nam Dee.

Nous traversons quelques villages mais il est difficile pour nous de savoir exactement de quelles ethnies il s'agit. Ils sont tous très gentils et nous accueillent avec des « sabaidii » Nous nous rendons à la chute ou nous constatons que nous avons économisé quelques kips car avec un vélo l'entrée est plus chère. La chute n'est pas très impressionnante mais le nombre de gens d'ethnies différentes y travaillant oui. Ils sont vraiment plusieurs à désherber le terrain pour la nouvelle saison qui commence! On est vraiment très chanceux car malgré que nous sommes à la fin de la saison des pluies on ne ressent pas les désagréments sauf le ciel un peu brumeux. Nous continuons notre marche sur plusieurs km avant d'aller nous reposer à la chambre.

Repas un peu surprenant!
Nous allons dans un resto touristes (le Panda, pour ne pas le nommer) et nous commandons chacun un plat très simple. Nous ne voulons pas essayer trop de choses nouvelles, le temps de quelques jours que nos estomacs s'habituent. Mais voilà surprise dans mon assiette : il y a 5 fourmis et une autre bestiole inconnue dans mon plat, c'est de minuscules fourmis à peine plus grosses qu'un grain de poivre. Je ne fais pas la fine gueule et je mange en fermant les yeux après avoir tassé les insectes déjà détectés. À voir la quantité de fourmis qui se promène sur la table, je ne pense pas qu'ils en font un cas lorsqu'ils en ont dans leur assiette surtout après la proposition que nous avons eue hier dans un autre resto : nous étions en train de manger lorsque la proprio du resto nous propose (en nous les montrant) de gros vers blanc bien frais, vigoureux et bien juteux on imagine. On lui fait signe que non et essayons de continuer de manger pendant que l'on regarde la transaction de vers blancs de faire. Elle achète plusieurs tubes de bambou contenant chacun un nombre fixe de vers et les apporte à la cuisine. J'espère qu'ils lavent les ustensiles lorsqu'ils coupent ces mets « exotiques »

Cette ville nous aura agréablement surpris pour son calme et les beaux paysages pittoresques. Et les belles randonnées accessibles. Par contre le prix des treks est exorbitant, les treks sont tellement chers qu'ils les calculent en Euro! Et à qui va tout cet argent?



Par Maryse Guévin et Dany Thibault
Voyage Tour du monde 2006-2010
Photos, vidéos, budget et carnet de route (récits de voyage)

0 commentaires:

Publier un commentaire

Laissez-nous vos impressions, commentaires ou questions. Il nous fait toujours plaisir de recevoir vos messages

Nous vous remercions Dany et Maryse

Commentaires Facebook