Notre carnet de route de l'Argentine, budget, voyage, Amérique du Sud



De Punta Arenas au Chili à Ushuaia la ville la plus au sud du monde en Argentine le tout sur le pouce (autostop ou dedo); Amérique du Sud


25 janvier 2009 Ushuaia

Tentative pour le pouce (auto-stop ou dedo!) pour Ushuaia

On n'était pas certain de vouloir se rendre jusqu'à Ushuaia, la ville considérée la plus au sud du monde. Une chose certaine, c'est que nous ne voulions pas payer le bus qui est vraiment très cher. On a donc décidé de tenter notre chance avec l'auto-stop sur cette partie, si ça ne marche pas, on changera de destination, nous sommes-nous dit.

autostop

On part donc assez tôt, on prend un colectivo pour 350 pesos pour se rendre à la sortie de la ville. À 7 h 30, on est sur le bord de la route à tendre le pouce. On embarque rapidement dans une camionnette qui nous fait faire une vingtaine de km. Par la suite, un autre gars, nous emmène jusqu'à Gregorio, sans attendre on prend un 3e transport, il travaille pour Nap, une compagnie de pétrole et gaz. Il est bien sympathique mais un peu trop politique à notre goût. C'est le genre de sujet qu'il vaut mieux éviter surtout avec notre langage espagnol plus que de base.... Il est assez gentil pour faire un détour et nous conduire directement au port pour le ferry. Nous avons pris la route Punta Delgada car on s'est fait dire que c'était beaucoup plus facile que de tenter le coup par Porvenir. Nous prenons place dans le ferry, pour une raison mystérieuse, on n’a pas besoin de payer, le gars nous dit que c'est les véhicules seulement! Super! Avant de prendre le ferry, nous avons demandé à quelques camionneurs, mais soit ils vont vers Porvenir soit ils daignent à peine nous parler. Dans le ferry, un homme vient nous parler, et finalement, nous propose de nous conduire directement jusqu'à Ushuaia. Il y travaille à la construction d'un hôtel, et pas n'importe lequel, pour le Sheraton! Celui-ci dominera une montagne avec vue sur la ville. La structure métallique est déjà en place.

Donc en une journée moins de 10 heures, nous sommes parties de Punta Arenas et nous nous sommes rendus jusqu'à Ushuaia, une vraie chance car plusieurs mettent 2 ou même 3 jours pour faire le trajet. Même le bus prend 12 h! Le seul désavantage; un 300km assit l'un sur l'autre ou plutôt moi sur Dany... Mais c'était confortable... un peu moins pour Dany;))

On se trouve vite un camping en demandant au centre d'info. Le seul camping en ville est La Pista del Andino, un 3-4km de marche. Le camping est à 18 pesos argentins avec tous les services. Le soir on rencontre un couple parti une journée avant nous; ils sont arrivés aujourd'hui, quelques heures avant nous seulement, un gros deux jours pour eux.


Ushuaia et le parc de la Terre de Feu



31 janvier 2009 Ushuaia et parc Terre de Feu

01Ushuaia_0129

Nous passons quelques jours dans la ville d'Ushuaia la ville la plus au sud du monde, rien de spécial à faire sauf attendre le beau temps... On décide après une nuit dans le camping La Pista del Andino d'aller au camping municipal à quelque km plus loin. Le centre d'info travaille plus pour la ville que pour les voyageurs et on est un peu déçu des fausses informations qu'ils nous donnent... Tout pour que nous prenions ce qui coute le plus cher. Le camping municipal est très propre et avec toilette, il ne manque que les douches et on doit aller chercher l'eau potable un peu loin mais le tout est gratuit. Ça fête un peu le soir mais ça va. En plus, nous sommes à 1 km du parc seulement! Pour le trouver, il s'agit d'aller à la station de train. Parce qu'il n'y a pas d'indications... Et pour le train c'est un 5km de parcours pour 45 minutes et 30 $CAN!!! On s'est contenté de le prendre en photo

01Ushuaia_0008 01Ushuaia_0002

3 jours dans le parc Tierra del Fuego

Photos dans le parc
01Ushuaia_0210a
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Les bus de la ville au parc sont à 50 pesos (20 $) aller-retour pour les 12km! Ça c'est de l'arnaque! Nous y allons à pied à partir du camping gratuit. Pour se rendre du camping à la ville, nous avons fait de l'autostop et nous l'avons aussi fait à pied. L'entrée du parc à de nouveaux tarifs : 4 pesos pour les résidents de la Terre de Feu, 10 pesos pour les Argentins et 50 pesos pour tous les autres. Par chance à ce prix, nous avons le droit de passer 2 nuits « gratuits » dans le parc. Les sites n'ont aucun aménagement, mais sont jolis pour certains.

Vidéo de la Terre de Feu


Pour le parc ça ressemble un peu au paysage de chez nous donc pas de surprises. Les sentiers n'ont pas de grands intérêts et la température n'est pas tout à fait de notre côté pour ces trois jours. Pour les castors, on aurait bien aimé voir les cousins des castors canadiens, mais impossibles car les endroits où ils sont vraiment, il est interdit d'y aller. Ils essaient de nous faire croire qu'il est facile de les voir près d'un barrage qui de toute évidence n'est pas le principal! C'est peut-être intéressant pour ceux qui n'ont jamais vu de barrage... Mais des barrages qui ont l'air de green de golf... ça date... et il est évident que les castors les ont abandonnés.

Quelques beaux oiseaux tout de même
01Ushuaia_0222 01Ushuaia_0219
01Ushuaia_0189 01Ushuaia_0193


On s'était trouvé un endroit parfait, tranquille et intime près d'une lagune. Nous avons placé la tente à quelque 3 mètres de l'eau... Durant la nuit, une toute petite averse... Au matin, l'eau est à 2 mètres de la tente ce qui ne nous inquiète pas car il ne pleut plus. Nous allons faire un sentier de quelques heures et au retour, nous apercevons la réflexion un peu trop parfaite de notre tente dans la lagune. Arrivée à notre tente, celle-ci est dans l'eau. En fait, une plus grosse lagune plus haute se déverse dans celle-ci et l'autre sortie d'eau ne fournit pas... Donc session de séchage, par chance le soleil est sorti. À peine nos matelas sont secs que nous devons tout ranger à la course car il commence à pleuvoir...
01Ushuaia_0168

Le lendemain, c'est un renard qui est presque dans notre tente... Dommage qu'il faisait trop sombre pour les photos.

Photos d'Ushuaia
01Ushuaia_0051
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Après trois petites journées, nous retournons à Ushuaia au camping La Pista del Andino pour une nuit et pour profiter d'une bonne douche. Demain nous partons sur le pouce.

La soirée nous apporte une agréable surprise... Dany est au lavabo lorsqu'un gars le regarde... Celui-ci lui demande s'il s'appelle Dany! Dany cherche où il a bien pu voir ce voyageur mais sans se rappeler. En fait, on ne les avait jamais vus mais eux nous ont reconnus. C'est nos « fans »! Ils ont lu nos récits de voyage pendant qu'ils préparaient eux même leur voyage. Ils sont partis de France il y a quelques semaines seulement et parcourent l'Amérique du Sud pour 9 mois. On a passé une soirée agréable en leur compagnie. Ça fait bizarre de rencontrer des gens qui nous connaissent par le biais d'internet. C'est une première pour nous.

Donc voici Julien et Enora et le lien pour leur site En route pour l'Amérique du Sud
01Ushuaia_0232



SUR LE POUCE (AUTO STOP) DE USHUAIA EN ARGENTINE A PUNTA ARENAS CHILI

1 février 2009 de Ushuaia à Punta Arenas

Nous sommes arrivés de Punta Arenas à Ushuaia sur le pouce un dimanche... comme ça semble avoir été chanceux, c'est un dimanche que nous repartons de la ville. Il fait froid, il pleut mais on fait tout de même nos sacs. On marche le 4 km pour se rendre dans le centre-ville et prendre le bus à 1,80 peso qui nous emmènera à la sortie de la ville près du terminus. Le bus arrive à 8 h seulement alors que la personne de l'information touristique nous avait dit 7 h 30... Encore une mauvaise info. On fait le long trajet et on arrive enfin sous une fine pluie. On s'installe sur la route pour le stop. On a les pouces qui gèlent tellement le vent est froid. On doit surveiller de baisser notre pouce lorsque les bus passent. On commençait à désespérer lorsqu'un chauffeur livreur de journaux s'arrête. Il se prend pour un pilote de formule 1 et fait plusieurs arrêts en route pour vérifier les pneus... Il économise plusieurs km à couper les virages... Maryse est assise à l'arrière sur les journaux, Dany a la pleine vue sur la route qui défile vite. Il fait un court arrêt à Tolhuin et nous conduit jusqu'à Rio Grande.

SANY0002

De là un peu de marche pour nous rendre à la jonction pour la prochaine destination : San Sebastien, la frontière Chili — Argentine. On prend le temps de manger nos sandwichs dans une station-service. On attend peu de temps pour continuer notre route jusqu'à la frontière de l'Argentine. Le gars fait un court arrêt dans une rue à proximité. On passe le contrôle et là personne ne veut nous prendre jusqu'à l'autre côté de la frontière, pour passer côté Chilien. On ne veut pas passer une nuit entre le Chili et l'Argentine en camping sauvage de peur que ça cause un problème le lendemain au contrôle. On décide donc d'entreprendre à pied le 15 km car il est déjà 18 h.

Enfin, après peu de temps, quelqu'un nous offre la boite de la camionnette comme transport; super on économise nos semelles...

On voit un camping juste passer la frontière. On décide que c'est assez pour aujourd'hui. En fait ce n'est pas tout à fait un camping mais un resto-motel qui laisse les gens planter leur tente gratuitement.

2 février 2009

On est sur la route à 8 h pour tenter le coup en direction de Rio Gallegos ou de Porvenir, les premiers qui s'arrêtent pour une de ces deux directions seront la nôtre. Comme hier, les gens ne semblent pas intéressés de nous prendre ou leur voiture est pleine. Il y a encore un bon vent frais et on décide de marcher les 500 m qui nous séparent du contrôle que nous avons passé hier. Il reste une camionnette qui passe les contrôles, on leur demande leur direction, ils nous disent Porvenir. Ce n'était pas notre premier choix car cela nous fait faire un grand détour mais après hésitation on embarque.

On arrive à Porvenir après avoir beaucoup discuté. On se dirige vers le ferry, on a déjà tout prévu dans notre tête, le restaurant ce soir, et demain tôt sur la route pour le nord. Eh bien non, pas de ferry le lundi... On doit attendre demain. On se promène un peu en ville. Ça ressemble presque à une ville désertée! Mais quelques jolies maisons.


02Povenir_0002
02Povenir_0007

Il y a quelques hôtels, quelque camping mais on décide de faire du camping sauvage. On a remarqué lorsque nous nous dirigions vers le ferry des remises abandonnées. On y installe notre tente, ça aura l'avantage de nous protéger du vent. En plus nous avons un surveillant. En fait, un petit chien y a élu domicile et jappe à chaque passant donc on saura si quelqu'un arrive! On le nourrit un peu en échange.

02Povenir_0015 02Povenir_0012

Lendemain à 13 h, on prend le ferry pour Punta Arenas où on y passera une nuit.
SANY0009

4 février De Punta Arenas à El Calafate

Encore le lendemain matin départ pour El Calafate. En étant réaliste, on avait prévu au moins 2 jours pour relier la ville. On attend donc sur le bord de la route à 8 h. On fait les premiers km rapidement. Ensuite une gentille dame et son fils nous ont prennent pour encore quelque km et ils ont insisté pour que nous prenions le café dans la cabane à pêche avec son père qui est pêcheur. Ceci fait, nous retournons sur le bord de la route et voyons un bus qui s'arrête. On lui fait signe que non, on ne veut pas de bus mais il nous dit de prendre place, il n'y a pas de passagers et nous avons tout le bus pour nous tout seul. Il nous fait descendre à 12 km de la frontière.

On a le même problème qu'à la Terre de Feu. Près de la frontière personne ne semble intéressé à nous prendre. On prend donc notre diner près de la route et un gars s'arrête et nous propose les 12 km mais pas plus nous dit-il. On prend place et une fois passé la 1ere frontière il nous fait signe de reprendre place avec lui. On passe la 2e frontière et il nous fait encore signe de prendre place avec lui. IL nous fait faire finalement 85 km! On est maintenant sur la jonction pour El Calafate on a dépassé Rio Gallegos, on y croit déjà presque pas lorsqu'un camionneur s'arrête pour nous prendre. IL se rend directement à El Calafate. La chance est vraiment avec nous aujourd'hui. En plus ce camionneur plus que sympathique nous fait le cadeau de 2 cd de musique traditionnelle d'Argentine, le maté et un gros sac de biscuits qu'il insiste pour que nous apportions avec nous. On6 est tout gêné d'autant de générosité, déjà de nous conduire jusqu'au centre de El Calafate en était beaucoup pour nous. Une superbe rencontre, un 300km qui aura passé bien vite. On se trouve un camping surpeuplé mais bien aménagé à deux pas de la ville. Le camping municipal à 15 pesos par personne.


camping_0002 camping_0001
camping_0003


On reste quelques jours dans le camping à mettre de l'ordre dans notre carnet et à trouver un moyen d'aller au Perito Moreno à moindre cout. En fait, on pensait aller au camping qui se trouvait à 7 km de celui-ci mais il a été fermé comme tous les autres. Maintenant il ne reste que l'hôtel super cher! On réfléchit à faire du pouce et du camping sauvage... On hésite, on ne sait pas, on se laisse quelques jours pour y penser.



LE GLACIER PERITO MORENO PRES DE EL CALAFATE EN PATAGONIE ARGENTINE

Mardi le 9 février 2009 El Calafate et Perito Moreno

Nous avons longuement réfléchi et hésité sur le fait d'aller voir le Perito Moreno. Les raisons qui nous ont fait hésité sont : le cout d'entré 60 pesos argentins par personne, le prix du bus 80 pesos par personne, le fait qu'il était impossible maintenant de dormir sur place contrairement à il y a quelque années. Ils ont décidé d'abolir les campings pour préserver le site par contre l'hôtel hors de prix et le restaurant à quelques mètres du glacier, eux, y sont toujours. On a bien pensé faire du pouce, mais peu de voitures passent et celles qui passent sont presque toujours complètes. Si on a la chance de s'y rendre... Il faut bien revenir. Du coup on aurait du apporté la tente et tout avec nous. Car on sait que c'est possible de se cacher et de faire du camping sauvage. Ceux qui ont leurs vélos le font facilement. On a aussi regardé pour louer une voiture qui est à 225 pesos la journée. Par contre les km sont limités et on aurait pu aller au glacier seulement. L'avantage de la voiture, c'est qu'en partant tôt, on ne paie pas l'entrée du site... Plusieurs le font. Le fait de se retrouver en gros groupes ne nous plaisait pas vraiment. On s’était aussi fait dire que le Grey (glacier de Torres del Paine) était presque aussi beau que celui-ci. Et comme nous voyageons longtemps; il faut faire des choix et on ne peut pas tout voir surtout en tour organisé, sinon on va rentrer dans 1 mois;))

Photo du Glacier Grey à Torres del Pline
Pantagonie Chilienne Parc Torres del Paine

Bon après hésitation, on a décidé d'y aller. On a fait quelques recherches sur le net avant. On attendu une journée où il ne faisait pas si mal. (il pleut souvent près du glacier et les montagnes sont presque toujours dans les nuages). On a pris le bus à 8 h 30 pour 1 h 30 de route environ. On a observé, écouté le glacier pendant quelques heures avant de reprendre le bus à 15 h 30 pour arriver à El Calafate à 17 h.

Vidéo du Glacier Perito Moreno


Photos du Perito Moreno
LE glacier Perito Moreno
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Le glacier est magnifique, les morceaux tombent fréquemment mais c'est difficile de les prendre en photos et vidéos. Dany a réussi à en avoir quelques exemples. Malheureusement le plus beau que nous ayons vu est tombé avant même que nous arrivions sur la passerelle.

Le glacier Perito Moreno
Il y a beaucoup de monde, mais comme on s'y attendait ça a bien passé. On ne regrette pas d'y être allé, le glacier est vraiment impressionnant.

Le glacier Perito Moreno

Donc départ pour nous demain pour El Chalten sur le pouce on espère que la chance sera encore avec nous.



EL CHALTEN EN ARGENTINE AVEC UNE SEMAINE DE PLUIE SUIVIE D'UN MICRO CLIMAT À LOS ANTIGOS ET TRAVERSÉ DE LA FRONTIÈRE POUR LE CHILI


18 février 2009 Retour de El Chalten et le parc de Fitz Roy Argentine

06ElChalten_0101
Le 10 février nous partons sur le pouce de El Calafate à El Chalten. Nous pensions que se serait difficile car le chemin est surtout fréquenté par les touristes soient en bus ou en voitures de location et ils sont rares à prendre des auto-stoppeurs avec eux. La chance est avec nous car trois Brésiliens, le père et ses deux fils nous prennent. Les femmes sont restées à l'hôtel ce qui fait deux places de libres. Un des fils revient d'un séjour de deux ans à Londres pour apprendre l'anglais. Par chance, car on ne comprend rien du Portugais. Son père lui pose plein de questions qu'il doit nous traduire. Le trajet passe rapidement.

SANY0008

On s'installe dans le camping gratuit de la ville. Il y a plusieurs tentes d'installées malgré le fait qu'il n'y ait aucun service (pas de douche, pas d'abris, pas de toilette...) On comprendra plus tard pourquoi, c'est que les campings sont ici hors de prix sans aucune raison. Pour une simple douche et toilette les prix vont jusqu'à 30 pesos par personne!

Dès le lendemain, nous partons sous le soleil pour la montagne. Le premier campement est à moins de 2 h de marche et l'autre 1 h de plus. L'entrée du parc et les campings sont gratuits. Nous devons seulement en échange ne pas jeter nos déchets dans le parc et tout rapporter en ville à notre retour. Malheureusement, ça semble difficile pour certains qui laissent leurs déchets un peu partout... dommage!

06ElChalten_0046a

Nous arrêtons au premier campement car la pluie commence... Ce que nous ne savions pas c'est que cette pluie durerait pendant 8 jours!!! quelque minutes de soleil, et une journée nous avons eu 2 heures sans pluie! On était décidé à rester quelques jours pour profiter des beaux points vus qu'il y a dans les sentiers. On s'est donc armé de patience. Après 2 jours, deux Français sont arrivés en nous disant que la météo annonçait du soleil pour les 3 prochains jours. On est donc resté 3 jours de plus en attendant le soleil, eux sont restés deux jours. Ensuite une éclaircie de nuit (on voyait les étoiles) nous a donné un espoir. Le matin, nous avions une vue sur les montagnes à moitié dégagées et pas de pluie. On en a vite profité pour aller au camping plus loin pour se rapprocher du point vu. Le temps de démonter la tente que la pluie recommençait.


Vidéo de notre semaine sous la tente



On s'installe au 2e camping... On attend. Le lendemain deux Français arrivent la même journée que nous à ce camping avec la météo! Ils annoncent que du soleil pour le lendemain. On pensait partir aujourd'hui car là on a une écoeurite aiguë! Mais comme ils annoncent beau demain.

Sommeil dans la tente
SANY0089


Vidéo de El Chalten et du parc Los Glaciar



Eh oui, le 8e jour le soleil sortit en fin de matinée après une longue pluie... et un bel arc en ciel.

06ElChalten_0078
On prend quelques photos mais on n’a même pas eu le courage d'aller au point de vue plus haut. On a vite démonté notre tente au sec et on est redescendu. On voulait prendre un camping mais vu les prix pratiqués on a laissé tomber.

Photos du parc de Fitz Roy

06ElChalten_0011a
Cliquez sur la photo pour voir les autres

On a essayé de faire du pouce (auto-stop) et au moment où on était pour laisser tomber et prêt à aller installer notre tente au camping municipal, un camion s'arrête nous conduit jusqu'à El Calafate. On est bien content de notre choix de ne pas rester dans la montagne malgré le soleil du matin car le ciel commence à se couvrir et le conducteur nous dit que selon la météo, c'est de la pluie pour les prochains jours. Il nous conduit jusqu'au camping et nous donne un gros 2L de boisson gazeuse! Un surplus de sa livraison! On a enfin une douche (chaude en plus) et l'endroit est pratique.

Les deux jours suivants, nous en profitons pour faire de la lessive... pas juste la lessive normale mais un gros ménage du printemps... (c'est l'automne qui va commencer mais disons que nous sommes sur l'horaire du Québec) On lave la tente, les matelas, les sacs de couchage... Tout. On profite du soleil de El Calafate. Et on mange différemment! Pendant notre semaine à El Chalten, nous n'avions que des pâtes et de la sauce au lait (champignons, Alfredo, asperges, fromage...) mais ça revient tout au même!
Prochaine destination Los Antiguos et Chile Chico. Il aurait été plus court de prendre la route 40 directe de El Chalten mais notre intuition nous disait qu'il valait mieux faire un détour (de 1,000 km tout de même) et prendre des routes plus fréquentées et surtout pavées.

On part donc une fin d'après-midi de El Calafate pour la jonction de Rio Gallegos. Un camionneur nous prend et nous descend dans un arrêt pour camion près de la jonction. On installe notre tente un peu plus bas car il est déjà 20 h.

Le lendemain, on se fait vite prendre, une fois par un couple, l'autre par un policier. Les deux fois les km passaient vite (la vitesse moyenne était de 150 km heure) sur une belle route. C'est donc très tôt que nous sommes arrivés à Caleta Olivia 1000 km plus loin. Le policier nous a montré les deux seuls attraits de la ville de San Julian (en passant devant) une reconstitution d'un navire espagnol et un vrai jet durant les affrontements Argertins — Anglais.
SANY0015 SANY0010

Durant le trajet on a parlé des lois du pays et de celles de chez nous. Les différences sont très marquées surtout au niveau de la sécurité routière, nous en avons discuté un long moment.

On réussi à faire un autre bout jusqu'à Las Heras 200 km plus loin, un village essentiellement de travailleurs pour le pétrole. Personne ne semble continuer plus loin et on décide de rester là pour aujourd'hui, on installe notre tente juste à côté de la station-service après leur avoir demandé.

Le matin suivant, aussitôt la tente démontée, nous retournons à notre poste faire de l'auto-stop. Après 2heures d'attente on se décourage un peu. Il ne passe que des petites camionnettes blanches et ceux-ci sont des travailleurs pour une compagnie de pétrole donc ils ne se rendent pas très loin. On décide d'aller voir pour les bus. Les prix nous insistent à continuer à faire du pouce. Un petit repas préparé acheté à Lanonima et on retourne à notre poste. Un camion à sable nous propose de nous déposer à une vingtaine de km plus loin. De cette façon notre direction sera claire et on fera un peu pitié au milieu de nulle part. Il nous dépose près d'un pit de sable où il va se charger. En plein dans la pampa, le soleil frappe fort. Une seule voiture nous passe devant sans nous prendre. Le 2e véhicule qui passe (2heures plus tard!) nous prend. Super il se rend jusqu'à Los Antiguos!

La chaleur commence à se faire sentir depuis Las Heras et ça n'a rien pour nous déplaire. Dans le sud, il commence à faire trop froid. Une vague de froid d'automne surement. Il était temps pour nous de remonter au nord pour la chaleur. Notre tente et nos sacs de couchage ne sont pas très confortables lorsqu'il fait moins de 3 degrés C.

23 février 2009 LOS ANTIGUOS Argentine

Une grande partie des fruits a déjà été récoltée dans la région surtout les cerises et les petits fruits. Il en reste un peu dans certaines Chacras (ferme de fruit). On profite du climat. On a vite fait le tour de la ville et vu le mirador.
LosAntiguos_0001
LosAntiguos_0002

On achète une confiture à un artisan sur sa Chacras. Quelle déception de voir qu'il y ajoute de la pectine! Mais ça reste très bon, les liqueurs font maison aussi.

25 février 2009 CHILE CHICO Chili

De retour au Chili. On passe la frontière de sortie de l'Argentine à pied car elle n'est qu'à 1 km de notre camping. Entre 9 et 12 km séparent les deux frontières et nous commençons à faire le trajet à pied lorsqu'une vieille dame nous propose de prendre place dans sa voiture sans même que nous ayons fait du pouce. Elle nous dit qu'il y a beaucoup de km. Elle avance à 25-30km heure mais c'est plus vite qu'à pied. On fait les derniers 3km à pied (de la frontière à la ville) car la dame passe rapidement la frontière alors que nous, nous devons faire vérifier nos sacs. Pas le droit d'avoir de fruits, légumes et de fromage. On dit que nous n'avons pas de lait et ils nous disent que ce n'est pas interdit. Dire que nous l'avons jeté ce matin! La température est encore bonne.



DE RETOUR APRÈS + — DEUX SEMAINES AU CHILI (voir carnet Chili) SUR LA ROUTE AUSTRALE. NOUS AVONS PASSÉ PAR COYHAIQUE — PUERTO CISNES — PUYUHUAPI — LA JUNTA — FUTALEUFU.


DE FUTALEUFU AU CHILI À ESQUEL EN ARGENTINE TOUJOURS EN AUTO-STOP ET VISITE DU PARC LOS ALERTES EN ARGENTINE


14 Mars 2009 Traversée de la frontière : du Chili vers l'Argentine

C'est sur le pouce (toujours) que nous partons le matin de Futaleufu pour nous rendre du côté argentin. Nous laissons derrière nous de jolis paysages et des kg de pommes délicieuses. Futaleufu est un endroit qui nous a beaucoup plu.

La frontière n'est qu'à quelques km de la ville. Nous commençons le trajet à pied mais sommes bien contents de nous faire prendre par un couple de touristes. Ils nous déposent à la frontière, ils n'ont pas le droit de nous prendre du côté argentin!?? L'attente est longue pour le prochain transport, peu de gens semblent traverser la frontière aujourd'hui. C'est une dame qui nous prend finalement pour nous conduire jusqu'à Trevelin. Après un diner sandwich devant le l'épicerie nous continuons l'auto-stop pour Esquel.

On se rend au camping El Hogar del Mochilero qui est presque au centre-ville. Le prix est à 15 pesos par personne, l'endroit est correct avec une salle à manger gigantesque! Il y a trois autres tentes sur le terrain. Le lendemain on change tout de même de place pour Le camping de la Colina. Le prix est de 12 pesos par personne mais pas de cuisine. L'avantage pour nous c'est qu'il y a WiFi. Les deux campings ont l'électricité et douche chaude bien sûr. On reste quelques jours au camping et nous y sommes seuls tout ce temps. On sent bien que la saison se termine.

Notre guide date un peu car tous les prix de camping sont à multiplier au moins par 4!!! C'est une des choses que nous trouvons très difficiles ici : échanger nos guides... Ça n'a pas l'air très populaire. Depuis plusieurs semaines, nous voulons échanger nos deux guides du Chili... Il n'y a pas (peut-être à Santiago et Buenos Aires) de book échange et les hospedajes qui le font ont habituellement que de vieux romans. Ici ce n'est pas l'Asie ou l'échange de livre se faisait partout. De plus, on rencontre que peu de touristes car nous nous évadons souvent dans des campings sauvages ou peu fréquentés donc difficile pour l'échange.

Nous passons quelques jours bien tranquilles à Esquel, nous sentons que nous avons besoin de nous reposer. Pourtant nous ne courrons pas, mais on a une certaine fatigue qui nous suit depuis peu. On prend donc le tout relax et décidons même de prendre le bus pour le parc Los Alerces.


19 Mars 2009 Un bus (Wow!) pour le parc Los Alerces
Parc Los Alerces en Argentine pres d'Esquel

C'est donc à 6 h du matin que nous nous levons pour faire nos sacs et nous rendre à la gare qui est à près de 4 km de notre camping. Le prix est de 15 pesos par personne pour le bus d'Esquel à Villa Futalaufquen. Quel plaisir d'être dans un bus, on avait presque oublié!!! Nous savons donc l'heure du départ et l'heure d'arriver et on peut sommeiller durant le trajet. On doit payer l'entrée du parc qui est maintenant à 30 pesos par personne, dire qu'il y a 2 mois l'entrée était à 20 pesos! Au moins, il est possible de camper gratuitement.

Nous nous installons dans le premier camping gratuit à 2 km du centre d'information. Nous allons faire la petite balade devant le camping, les peintures rupestres. Une balade de quelques minutes qui sont plus que décevantes mais ça date de près de 3,000 ans.
Parc Los Alerces en Argentine pres d'Esquel

Après avoir discuté avec un État-Uniens très particulier et un rapide diner, nous entamons la première vraie balade. Sans être décevante, elle ne nous impressionne pas. Ajouté à la fatigue que nous avons, on se demande si c'est nous qui ne sommes plus impressionnés ou si cette section de parc est vraiment ordinaire! Ce qui nous chicote c'est que dans notre guide ils disent que c'est un des plus beaux parc de l'Argentine et c'est ce qui nous fait un peu peur... De quoi aurons l'air les autres...

Le lendemain, on décide de se diriger vers Lagos Verde en passant droit sur plusieurs balades, dont une qui monte fort pour avoir un point de vue. Nous n'avons pas la force d'aller vers un mirador aussi haut. (balade de 8 h) C'est après un 10km à pied et 25 km en auto-stop que nous arrivons à la passerelle.

Vidéo du parc Los Alerces



Nous allons à pied au secteur Rio Arrayantes pour installer notre tente. Au mois de janvier et février ils appliquent un maximum de séjour de 2 jours. Mais maintenant on peut y rester autant que nous voulons. Pour l'eau, comme au camping précédant nous devons la prendre dans la rivière. Contrairement à l'eau que nous prenions à Torres del Pline, ici il y a des moustiques, des vaches, des chevaux. L'eau est très claire mais on a des doutes sur la vraie pureté. Notre doute est amplifié lorsque nous voyons les toilettes. Façon de dire car il n'y a pas de toilette ni chiotte, donc c'est derrière les petits arbustes que se trouve les toilettes. Selon les consignes nous devrions enterrer le tout mais c'est loin d'être tous le monde qui le fait. Et ce n'est pas un petit camping! C'est assez dégoutant les gens se préoccupent peu que les buissons soit près de la rivière où on doit prendre notre eau.

Nous allons à la passerelle, faire le sentier de quelques km. Le sentier est très balisé mais pour aujourd'hui nous en sommes ravis. Il y a aussi de jolis points de vue que nous reviendrons voir demain avec l'angle du soleil différent. Avant de rentrer au camping, nous faisons notre réserve d'eau à la passerelle, ils viennent tout juste de construire un bloc sanitaire, pour l'instant seuls les éviers sont fonctionnels.

Photos du parc Los Alerces en Argentine
Parc Los Alerces en Argentine pres d'Esquel
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Le lendemain, on fait quelques promenades mais pas de quoi s'épuiser. On prend le tout tranquillement. Le secteur ici est bien joli. On décide que nous partirons le lendemain matin.



Du Parc Los Alerces en Argentine à Esquel, l'auto-stop ce n'est pas toujours facile

Esquel
ESquel en Argentine

22 mars 2009 Mauvaise journée pour l'auto-stop du parc Los Alerces à Esquel

On décide de retourner vers Esquel même si au départ on voulait continuer la route vers le nord dans le parc pour rejoindre El Bolson sans repasser à Esquel. À voir la quantité de voitures qui passent, on se dit que nous allons mettre toutes les chances de notre côté et prendre la route la plus fréquentée.

Après la fine pluie de la nuit, notre tente est un peu trempée mais nous rangeons le tout. Ce matin c'est les moustiques qui ont pris en otage le camping. Pourtant il n'y en avait que peu hier! Et bien là c'est l'enfer! Incroyable. On se dirige vers la route après avoir fini nos sacs. Impossible de rester immobile à attendre les voitures, il y a trop de petites mouches. On fait donc tous les deux des aller-retour sur la route, on doit avoir fait quelques km dans la journée.

Esquel
ESquel en Argentine


Très peu de voitures passent. Une enfin s'arrête, une minuscule voiture rouge, ils nous avertissent, tout énervés qu'ils se soient fait volés dans leur voiture par des gens avec une camionnette blanche, le couple nous dit d'être sur nos gardes. On surveille le passage des voitures mais il n'y a rien... Par la suite, on voit passer les gardes parc, la voiture rouge, les gardes parc et encore eux on dirait une boucle sans fin. Ils recherchent les voleurs surement. On regarde ce va-et-vient qui se termine 2 heures plus tard. Toujours peu de voitures. La 2e qui s'arrête, est une voiture dans le sens inverse il nous demande où est la passerelle... suivie d'un autre qui s'arrête pour la même question. Enfin une voiture dans notre sens s'arrête... ça fait plus de 2 heures que nous attendons. Eh bien non, on le reconnaît, il vient tout juste de passer il y a qq minutes... IL nous demande OÙ est la passerelle et il s'en retourne... On va se recycler en guides!!! On attend toujours aussi patient. 3ES voitures qui s'arrêtent enfin... Le gars nous regarde et nous dit (toujours en espagnol bien sûr) qu'il aimerait bien nous prendre mais il a trois enfants... il descend la fenêtre arrière et on voit trois poupons dans leur siège de bébé. Que dire? Félicitation!!! Il est bien gentil de nous faire causette mais après 4 heures d'attente ces petites attentions sont moins bien venues... 4e voiture qui s'arrête : OÙ est la passerelle? Bon restons calmes. Une petite camionnette cette fois ça c'est toujours chanceux. Eh bien non, il est seul mais nous explique qu'il ne peut pas nous prendre car ses assurances ne le permettent pas. Ce que nous ne comprenons pas c'est pourquoi tous se sentent obligés aujourd'hui de se justifier... Non mais continuer tout droit... On ne va pas vous en vouloir... Bon, ça fait 5 h que nous attendons on sent que la patience est partie. On sait que nous pouvons prendre le bus mais le seul est à 20 h, encore quelques heures à attendre.

Au camping la Colina à Esquel
ESquel en Argentine

Et puis là c'est notre chance, il est 16 h un couple en pleine préparation pour leur mariage nous prend dans la boite de leur camionnette. Ils nous font faire plusieurs km jusqu'à Villa Futalaufquen. On est vite repris par des touristes allemands pour Esquel. Enfin, on arrive à Esquel il est 18 h 30. On profite du camping la Colina avec WiFi et l'électricité pour la 2e fois.

Au camping la Colina à Esquel
Esquel_0004

On recharge nos batteries; caméra, ordinateur et les nôtres. Les couchés de soleil sont toujours aussi beaux vu de notre colline.



Direction San Carlos de Bariloche en auto stop et par Nahuel Huapi et le fameux hotel Llao Llao



la région de Bariloche

25 Mars 2009 d'Esquel à San Carlos de Bariloche

Nous partons vers 10 h d'Esquel et nous entamons les 5-6km de marche pour nous rendre à la sortie de la ville. Et puis là on attend, et encore... On décide de marcher les autres 8 km pour se rendre à la jonction ce sera peut-être plus facile. C'est un couple de Chiliens qui nous prend à la jonction il est en fin d'après-midi. Il fait soleil et beau, ça nous aura aidés à attendre. Les derniers pouces n'auront pas été aussi rapides. Par chance ils se rendent directement à Bariloche. Nous arrivons il fait noirs (le soleil commence à se coucher de plus en plus tôt). Nous sommes surpris par la grandeur de la ville, on la croyait plus petite. Ils proposent de nous conduire au camping que nous avions dans notre guide mais il est fermé! Ils nous proposent alors d'aller au même qu'eux, un peu plus loin sur la même route, on accepte c'est très gentil de leur part.

Le proprio du camping est à une réunion et nous sommes 6 personnes à attendre son retour. Un couple d'Esquel attend depuis 2 h avant que celui-ci arrive. On s'informe pour le prix au couple et ils nous disent qu'ils sont venus ici il y a quelques jours et le prix est de 12 pesos par personne. Elle nous explique alors que c'est le camping le moins cher du coin.

Qu'est-ce qui c'est passé on le sait pas mais lorsque le proprio arrive il nous annonce le prix de 30 pesos par personne pour le camping!!! soit près de 24 $ canadiens pour un emplacement plus que moyen à 6 km de la ville, on veut bien payer un peu plus qu'ailleurs mais tout de même. Le couple qui nous avait dit les prix discute discrètement, ils ont l'air découragé. Nous demandons s'il est possible d'avoir plus économique au proprio... Le gars cravate nous regarde méprisant et nous fait signe de disparaître. Même s'il est tard, on s'en va on doit rien à personne et avec ce regard même à 12 pesos on le prendrait pas. . On dit au revoir au couple qui nous a fait faire plusieurs km, eux ont décidé de rester car ils ne passent qu'une nuit et demain ils vont à Puerto Montt.

On part donc à la recherche dont ne sait quoi dans ce coin qui est rempli de cabans et hôtel tout de bois?

la région de Bariloche

la région de Bariloche

C'est chic on le voit même dans la noirceur! On se demande pourquoi nous sommes venus ici. Pourtant nous sommes hors saison et les prix sont supposés être corrects (pour notre budget) maintenant. On continu notre marche en direction opposée à la ville. On trouve entre tous ces grands hébergements un grand terrain privé inhabité rempli d'arbres géants. La clôture est ouverte (en fait il y a une brèche qui a été coupée mais ce n’est pas nous...). On décide de s'y installer pour la nuit.

Le lendemain, on sort discrètement de notre endroit, et on prend la direction de la ville. En chemin, on voit un des nombreux accès à la plage. Il y en a un qui n'est pas indiqué no camping mais on sait bien qu'en théorie c'est interdit mais il y a un petit endroit juste parfait pour notre tente. On cache nos sacs sous un amas de foin et de branches de mûres bien piquantes. Ce sera notre emplacement pour les 3 prochains jours. Nous aurons par la même occasion le petit déjeuner de mûres fraiches tous les matins;)

la région de Bariloche la région de Bariloche


Le fameux Hôtel Llao Llao
la région de Bariloche


Le temps n'est pas super, dû à la fin de saison, il y a beaucoup de nuages. On fait tout de même la promenade de 25 km à partir du km 18 à la jonction pour le chemin de la colonie suisse en passant par le parc Nahuel Huapi et en terminant à l'hôtel de luxe Llao Llao. Cet hôtel est d'un style canadien surplombé d'un toit normand. C'est un des plus chic du pays. Le prix des chambres varie entre 300 et 1125 USD! On y a pensé : trois mois de voyage ou la chance de dormir dans cet hôtel? Comme on ne veut pas revenir l'hiver on a laissé tomber pour la chambre;) La jolie balade s'est terminée sous la pluie. Fin mars c'est vraiment limite pour le beau temps. Par contre la température reste assez chaude et nous n'avons pas froid durant la nuit.

Dans le parc Nahuel Huapi
la région de Bariloche la région de Bariloche

Nos Photos de San Carlos de Bariloche et notre balade
la région de Bariloche
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Vidéo de San Carlos de Bariloche


La ville est surprenante avec ses bâtiments en bois, ses marchés de chocolats et les chiens saint-bernard avec le petit tonnelet et la croix de la Suisse. Les proprios des chiens nous demandent sur la grande place de prendre une photo de leur photogénique chien en échange de quelques pesos... Donc vous l'aurez compris pas de photo de ces superbes chiens tenus en laisse toute la journée pour le plaisir des visiteurs. On en a vu d'autres aussi dans l'attente au mirador du Llao Llao.

28 mars 2009

Pour la dernière nuit, nous décidons d'aller voir pour un camping... La douche nous appelle et la pluie nous convainc. Nous allons voir un premier avec un prix très cher et encore un M. cravate qui nous regarde méprisant lorsque nous lui demandons pour le camping. Ils préfèrent louer leurs cabanas. Le mieux pour Bariloche pour avoir la chance d'avoir bon prix hors saison est d'arriver au terminal de bus et de cette façon profiter des rabais sur les hébergements avec les gens qui racolent. On trouve notre bonheur au camping Cirnes au km14. Le prix 15 pesos par personne.

29 mars 2009
la région de Bariloche

Le matin on attend que la pluie cesse pour démonter la tente. On prend le bus pour la ville (1.60 peso pe) et nous allons dans un buffet un tenedor libre. Plus cher qu'au Québec pour le diner mais un prix semblable pour le souper 35 pesos par personne (13 $CAN, ça y est on a explosé le budget!). On se régale puis on prend un autre bus pour la sortie de la ville (2.25 pesos par personne). On commence la marche pour se rendre à la jonction mais on se fait prendre avant par une dame. Elle nous dit tout de suite qu'elle n'a pas l'habitude de prendre des auto-stoppeurs mais on a une face sympathique. Elle est professeur d'anglais à Villa La Angostura, sa ville mais parle aussi le français. On a donc la chance d'avoir une conversation française avec elle.

Par la suite c'est un touriste État-Uniens qui nous jusqu'à la jonction de San Martin de los Andes. On continu le pouce. On est vite rejoint par un couple de Chiliens qui espère traverser la frontière aujourd'hui. Nous on abandonne vite. Il se fait tard et le soleil se couche. On installe notre tente à la jonction bien cachée derrière des arbres. La route continuera demain pour nous, pour notre traversée cotée Chili


Un dernier 2 semaines au Chili du coté de Puerto Montt et Chiloé avant de revenir en Argentine pour la 3e fois!


TRAVERSÉE DU CHILI À L'ARGENTINE, SAN MARTIN DE LOS ANDES, JUNIN ET MENDOZA

Samedi 18 avril 2009

Chute juste avant la frontière chilienne
Traversé entre Chili Argentine frontière Puyehue

Nous partons du côté chilien (Entre Lagos) avec comme but de traverser les frontières aujourd'hui. Il y a peu de km. On tend donc le pouce tôt le matin. C'est avec deux voitures différentes et plusieurs heures d'attente que nous arrivons au contrôle chilien. On fait tamponner nos passeports pour la sortie puis on refait du pouce. On attend très longtemps puis inquiet nous allons nous informé au douanier des conséquences si nous ne réussissons pas à nous rendre à l'autre frontière (coté Argentin) dans la même journée. Il nous dit que ça pourrait nous occasionner de petits contretemps. Par la même occasion il nous dit que nous ne réussirons jamais à nous faire prendre en faisant du pouce. On doit absolument aller demander aux personnes directement. Ce n'est pas ce qui nous plait le plus d'aller voir tout le monde pour leur demander. On préfère lorsque les gens s'arrêtent d'eux-mêmes.

Pas le choix, on commence, un premier refus, suivi d'un autre très catégorique puis Dany négocie avec un homme qui a une camionnette. Il lui explique notre problème d'être entre deux frontières pour passer la nuit. L'homme réfléchi, il demande enfin à sa femme après un long moment. Il finit par accepter de nous prendre dans la boite de la camionnette (comme Dany lui avait demandé pour le pas trop les déranger). On veut seulement nous rendre à l'autre frontière. Finalement, ils nous attendent pour nous conduire jusqu'à la jonction de San Martin de los Andes.

Il est déjà tard et après avoir mangé nos restes de pain, nous montons la tente à l'écart de la route pour la nuit.

À la jonction de San Martin de los Andes
Traversé entre Chili Argentine frontière Puyehue


Dimanche 19 avril 2009


À notre grande surprise, peu de voitures circulent sur cette route qui est en très mauvais état. Pour passer le temps nous marchons plusieurs km pour enfin se faire prendre après 3 h de marche. Un jeune couple d'Argentins se rend à San Martin de los Andes.

Lac à San Martin de los Andes
Lago Lacar San Martin

Pour une raison inconnue, la ville ne nous charme pas et nous décidons de continuer à faire du pouce pour se rendre à Junin. Nous sommes maintenant en fin d'après-midi et on se résout à camper à San Martin après 2-3 heures d'attente sans succès.


Mercredi le 20 avril 2009.


C'est tôt le matin que nous nous rendons sur le bord de la route pour l'auto-stop. Dans le regard des gens il y a un petit quelque chose qui ne nous plait pas. L'auto-stop n'a pas l'air d'être très apprécié par ici. Après un peu plus de 2 h on se fait prendre pour Junin de los Andes.

Petite déprime, on se demande ce que nous allons faire. Le froid nous rattrape et les nuits en camping deviennent moins agréables. Les paysages nous impressionnent peu dans ce coin de pays et l'auto-stop semble fonctionner au ralenti.

La décision est vite prise et nous prenons notre premier bus de l'Argentine. Peu de choix à partir de Junin mais nous prenons un bus en deux étapes pour Mendoza. Un confort auquel on ne s'attendait pas. Des sièges fauteuil, de bon repas et des collations, super, on relaxe pendant 19heures. (170 pesos par personne)


Mardi 21 avril 2009


Nous arrivons à Mendoza, il fait plus chaud par contre les campings sont presque tous hors de prix et par la même occasion tous vides. Le prix du camping par personne (35 pesos par personne) est le même prix qu'un dortoir en ville. On trouve un camping à prix abordable à 10 pesos par personne au Circolo de Periodista. On est les seuls dans ce camping qui a certainement connu des jours meilleurs. Pas tout à fait seuls : il y a plusieurs chiens et chats pour nous accompagner. Petite parenthèse : nous avons été dans 4 banques, dans 2 bureaux de change et dans plusieurs commerces pour avoir de la monnaie pour les bus : Impossibles. Des banques sans monnaie c'est pire que l'Inde!!!


à notre camping à Mendoza à notre camping à Mendoza à notre camping à Mendoza

Nous ne trouvons pas notre bonheur à Mendoza et nous quittons la ville en bus encore une fois pour San Juan suivi de San Agustin où nous espérons que nos appareils photo et vidéos travailleront un peu plus.


SAN AGUSTIN ET LE PARC ISCHIGUALASTO (VALLEE DE LA LUNA)

Le Parc Ischigualasto ou Vallée de la lune

Vendredi 24 avril 2009

Nous prenons le premier bus de Mendoza à San Juan tôt le matin. Un petit 3 heures de route. Arrivé à San Juan nous constatons que le premier bus pour San Agustin est à 14 h. Comme nous sommes encouragés aujourd'hui on se décide de se rendre sur le pouce. On prend donc un bus de ville pour nous avancer de 30 km jusqu'à Caucete pour 3,70 pesos par personne. De là on commence à faire de l'auto-stop. Toujours pas de chance de 11 h à 14 h nous attendons sous un soleil de plomb. Un homme s'arrête et nous dit que nous devrions aller à la station-service et demander directement aux gens car ici ça ne fonctionne pas en levant le pouce seulement. On a passé un bout de temps à la station-service mais personne ne s'y arrête donc on voit mal de quelle façon on pourrait leur parler...

Nos photos de la ville de San Agustin
Dans le village de San Agustin
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Comme il est 14 h, on part donc à la recherche de la compagnie de bus qui se rend à San Agustin. On arrive de justesse pour prendre le bus qui arrive de San Juan à 14 h 20. Le ticket nous coute 29 pesos par personne et sur la longue route monotone nous voyons que très peu de voitures. À 18 h lorsque le bus s'arrête enfin au village de San Agustin, on dirait que nous avons quitté l'Argentine. Trois racoleurs nous accostent. Les deux seules compagnies de tours organisés et un hosta. On délaisse les offres de camping gratuites... et malgré les prix alléchants pour les hostas, nous nous rendons au camping. Incroyable la baisse de prix qu'il y a eu!!! Les chambres privées sont à 15 pesos par personne (5 $) et avec déjeuner svp! Notre camping lui nous coute 6 pesos par personne (2 $), électricité, eau chaude et toilette bien entretenue au camping La Postèrent. Nous avons en prime la compagnie d'une petite chatonne qui passe une nuit dans la tente. (Pas le choix pour ne pas le voir mettre en miette notre moustiquaire.) Et un chien jaloux.

Dans le village de San Agustin Dans le village de San Agustin

La chaleur est agréable et nous passons quelques jours dans ce village sans grand intérêt sauf le calme et les parcs Talampaya et Ischigualasto à plus de 80 km. On en profite pour faire passer notre grippe. On se décide enfin pour notre tour (car sur le pouce à cette saison c'est impossible) et il n'y a pas vraiment de bus. On va donc voir Paula tour la seule agence à faire le tour de la vallée de la lune (Ischigualasto) en après-midi en cette saison. D'après nos infos les couleurs devraient être meilleures en après-midi qu'au matin.


Le Parc Ischigualasto ou Vallée de la lune

Le Parc Ischigualasto ou Vallée de la lune

On décide de faire cette excursion la journée de la fête à Dany mais le soir, on nous annonce que le tour est annulé pour le lendemain, on doit le remettre un autre jour plus tard. En plus pour l'anecdote, la journée de la fête à Dany, celui-ci à casser sa fourchette en mangeant du spaghetti!!! et la montre a cessé de fonctionner le matin, donc un cadeau s'imposait : une nouvelle montre!

Nos photos du parc Ischigualasto
Le Parc Ischigualasto ou Vallée de la lune
Cliquez sur la photo pour voir les autres

On visite le parc classé au patrimoine de l'UNESCO et nous sommes agréablement surpris. Les couleurs sont belles et le site plus beau que nous nous y attendions. Seule la visite du musée est sans intérêt et c'est pourquoi nous passons le temps de la visite sur internet WiFi qui est disponible. Le tour coute 60 pesos par personne pour les 80 km aller-retour plus la visite du parc qui se fait en convoie et qui dure 3 h. Nous étions que notre mini bus et une voiture mais la visite doit être moins agréable lorsque plusieurs voitures se suivent à la queue.

Vidéo de la vallee de la luna


Nous devrons rester plus longtemps que prévu dans ce village car le bus pour la Rioja à 30 pesos par personne passe deux fois par semaine seulement et à 3 h!!?? Par contre pour San Juan à 32 pesos par personne plusieurs bus sont disponibles mais nous ne voulions pas revenir sur nos pas.

Le Parc Ischigualasto ou Vallée de la lune



Les Ruines de Quilmes et la Quebrada de Cafayate

Quebrada de Cafayate Argentine

Jeudi 30 avril au 5 mai 2009

Nous partons à 3 h de San Agustin pour La Rioja (30 pesos par personne). On doit donc se lever à 2 h pour terminer les sacs et ranger la tente. Les bus pour et au départ de San Agustin sont moins confortables que les bus en général. Arrivé à La Rioja, on doit attendre un peu que les guichets de bus ouvrent et nous prenons un bus pour Tafi del Vallee sans passer par Tucuman (60 pesos par personne). À cause d'un bris mécanique nous arrivons à 21 h en ville. Nous marchons jusqu'au camping. L'administration est fermée mais on se fait dire par les fêtards ivres que nous pouvons nous installer et payer demain.

Comme il n'y a pas d'autre camping on prend place le plus loin possible de la fête. Le lendemain, nous nous levons très tôt pour attraper un bus pour Quilmes. Toujours personnes à l'administration, on part donc sans payer.

Nos photos des ruines de Quilmes

Ruine inca de Quilmes
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Nous arrivons au terminal et on s'aperçoit qu'il n'y a pas de bus avant le début de soirée!!! Pas le choix, on va faire du pouce. Par chance on se fait prendre par des vacanciers de Buenos Aires. Ils décident de faire un arrêt comme nous aux Ruines Incas de Quilmes (entrée 10 pesos par personne) et ont continu donc la route avec eux jusqu'à Cafayate.

Nos photos de la ville de Cafayate
CafayateCliquez sur la photo pour voir les autres

C'est une petite ville comme on les aime. On se trouve un camping à prix intéressant. On décide de visiter la Quebrada de Cafayate par nos propres moyens. On part donc une journée en fin d'après midi sur le pouce pour se rendre jusqu'à la Garganta del diablo à 47 km de Cafayate. Pour revenir, c'est plus difficile, c'est un tour organisé qui nous prend ainsi que 4 vendeurs (qui étaient sur les sites) pour le retour en ville.

Vidéo de Quilmes et CAfayate



Le lendemain on part tôt. On fait du pouce mais rien. On marche les 27 km qui nous séparent de la Yesera. Les formations rocheuses sont superbes pleines de couleurs. Celle de la Yesera est une des plus spectaculaires avec les lignes vertes, jaunes, rouges...

Nos photos de Quebrada de Cafayate
Quebrada de Cafayate Argentine
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Quebrada de Cafayate Argentine

Pas de chance pour l'aller et nous manquons le dernier bus pour le retour qui était à 16 h. Le prochain est à 22 h! Par chance, nous n'avons pas à attendre pour nous faire prendre par un homme de Salta.

Quebrada de Cafayate Argentine

Cafayate est la ville des vins. Plusieurs Bodega, vignobles sont accessible à pied de la ville. Du fait, le vin et bon et pas cher.

Cette fois-ci au camping nous avons la compagnie d'une sauterelle géante!!!
Sauterelle géante à notre camping



Salta et le village de Purmamarca et la colline aux 7 couleurs

Mercredi le 6 mai 2009 Salta
Nous prenons notre bus le matin pour Salta. Il y a plusieurs touristes dans notre bus. Arrivé à Salta nous nous informons pour le camping. Nous prenons le bus de ville pour nous y rendre. Nous sommes surpris pas les prix qui sont très bas. Le camping nous coûte 5 pesos par personne, c'est le camping municipal de la ville et le seul je pense. On s'installe, il y a peu de monde, quelque tentes et quelques campeurs, dire que le site peu accueillir 500 tentes, on préfère être hors saison. La piscine est vide mais elle est vraiment immense, c'est la piscine la plus grosse que nous ayons vue.


Nos photos de Salta
La ville de Salta
Cliquez sur la photo pour voir les autres

En marchant les deux blocs pour se rendre au camping nous sommes passé devant un resto qui a le menu à 6 pesos (2 $). Super, un resto après plusieurs semaines. Après un bon repas que nous n'avons pas cuisiné, nous partons à pied pour le centre-ville à 3km. On se dégote un tenedor libre (buffet à volonté) à 15 pesos par personne (6 $). Il y a un comptoir de salade, le paria (BBQ), des plats chauds et un comptoir de desserts. IL manque un peu de légumes à mon goût mais on se régale. Pour manger dans ce resto on doit s'adapter aux horaires... Midi de 12 h à 15 h et le soir de 21 h à 1 h. Pour les Nord américains que nous sommes le souper est un peu tard...

On passe deux jours à se promener dans le coeur de la ville et nous faisons relâche de la cuisine. On prépare notre dernier bout de chemin qui nous conduira en Bolivie très bientôt.

Purmamarca dans la région de Jujuy

Samedi le 9 mai 2009 Purmamarca
De Salta nous prenons un bus pour Jujuy (21 pesos pour 92km) suivi d'un bus pour Purmamarca (10 pesos pour 81km). Nous arrivons il est assez tôt dans le village. Nous cherchons pour un camping mais celui au centre est fermé et celui derrière l'église demande 15 pesos par personne. On marche 1 km vers le nord pour trouver un endroit où camper. On trouve un camping (qui a est en fait un jardin) pour 15 pesos pour les deux. On prend place et nous allons faire la promenade autour de la montagne, un petit circuit de 3 km.

Nos photos de Purmamarca
Purmamarca dans la région de Jujuy
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Le lendemain, on se prend tôt pour aller voir le mirador, on croyait que c'était plus loin. On parle un moment avec un voyageur de Buenos Aires. Il est encore tôt lorsque nous entamons la courte descente et nous décidons de prendre le premier bus pour Tilcara.




Tilcara et Iruya en Argentine juste avant d'arriver à La Quiaca sur la frontière Bolivienne


ville de Tilcara en Argentine

Dimanche le 10 mai 2009 Tilcara

Nous trouvons vite un camping à notre arrivée. Il est tout près du terminus le Camping El Jardin à 10 pesos par personne avec tous les services.

Après avoir été voir le bureau d'info, nous sommes heureux d'apprendre que demain lundi, les visites du musée et des ruines Pukara seront gratuites.

Les ruines nous impressionnent, elles ont bien été restaurées et le site est magnifique, le musée archéologique lui déçoit, en fait toutes les expositions qui étaient intéressantes ont été transférées « temporairement » dans un musée privé de Salta. Donc pas de momies, pas de crânes modifiés...


Nos photos de Tilcara et des Ruines Pukara
ville de Tilcara en Argentine
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Pour ceux qui nous disent : « On sait ben, vous pouvez voyager comme vous le faite car vous n'avez pas d'enfants » Et bien sachez que nous avons rencontré une famille bien sympathique qui voyage pour 2 ou 3 ans et ils ont leur blog : www.lecabougnot.com

Nous partons un matin pour le village voisin à 7 km Maimara pour voir le cimetière si vanté dans les guides. Il est bâti sur une colline et il est tout en couleur.

Village de  Maimara

Nous avons profité des mandarines délicieuses 15 grosses mandarine pour 2 pesos (0,70 $). Peut-être que ça aidera pour la grippe qui ne me lâche pas depuis 3 semaines... Mais les antibiotiques devraient en venir à bout. Nous jouons dans les 2500 à 3,000 mètres d'altitude mais bientôt pour partons pour les plateaux de la Bolivie à 4,000 et comme ça peut vite se compliquer en altitude on prend nos précautions. Merci à notre pharmacien d'Abitibi pour ses conseils précieux.


Vidéo de Salta à Iruya

Mercredi le 13 mai 2009 Iruya

Nous nous levons de notre camping gratuit, nous avons passé la dernière nuit dans un camping plus ou moins officiel sur le bord de la route. De Tilcara nous prenons un bus pour Humahuaca 5 pesos pe pour 46 km. La ville nous inspire peu et nous décidons de partir tout de suite pour Iruya 95 km plus loin et 14 pesos pp. Une montée pour atteindre un col de près de 4,000 mètres et une longue descente en lacet et nous voilà arrivé à Iruya. On se fait vite aborder par des proprios d'hospedajes, après en avoir visité quelque un ainsi qu'un camping à 6 pesos pe, nous décidons de prendre l'offre de l'Hospedaje Clarisa, une chambre matrimoniale à 10 pesos par personne avec trois salles de bain communes impeccablement propres avec eau chaude ainsi qu'une cuisine à disposition. Les chambres sont agréables, grandes et avec fenêtres, on imagine qu'en pleine saison les prix sont bien différents. La dame est sympathique et nous indique quelques trucs à faire dans les environs. Dommage pour notre série de camping, c'est notre première chambre d'Argentine, nous étions si près de faire partie parfaite de campings mais pour ce prix, on n’a pas résisté.

Nos photos du village d'Iruya
Village de Iruya au nord est de Humahuaca
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Le village est blotti dans une crevasse près de la rivière entourée de hautes montagnes ce qui le rend très photogénique. De petites rues pentues, on peut compter sur nos doigts les voitures qui circulent sur quelques rues seulement, le reste étant piétons par obligation. Avec l'altitude et les pentes fortes, on a le souffle coupé rapidement. Les paysages sont aussi magnifiques. Nous allons voir le mirador, le cimetière tout en couleur avec les montagnes en arrière-plan et l'autre partie du village. Quelle chance, le lendemain il y a le marché mensuel le village devient donc bien animé.

cimetière d'Iruya
Village de Iruya au nord est de Humahuaca

marché à Iruya
Village de Iruya au nord est de Humahuaca

Nous partons un matin pour San Isidro qui se trouve à 7 km de Iruya. Il y a une route qui se rend mais on peut aussi prendre un sentier pour la dernière moitié du trajet. Une fête se prépare avec match de foot et soirée mais nous ne voulons pas rentrer de soir.

Dimanche le 17 mai 2009 La Quiaca

Nous partons en bus pour la ville frontière de la Quiaca, les derniers km avant de traverser en Bolivie. Nous prenons donc un bus de Iruya à la jonction à 10,50 pesos pe et un bus de la jonction à La Quiaca à 15 pesos pp. Il est possible de traverser la frontière à pied car la ville jumelle cotée Bolivien Villazon est à quelques mètres. Nous passons la nuit à La Quica. Les chambres sont toutes assez chères et comme nous sommes dimanche, une partie des octaux ou hospedaje est fermé : bizarre! Nous espérons pouvoir avoir un droit d'entrée de 90 jours à la frontière demain sinon nous devrons faire des démarches dans une grande ville.



RÉSUMÉ DE NOS IMPRESSIONS DE L'ARGENTINE

Le Parc Ischigualasto ou Vallée de la lune

RÉSUMÉ DE L'ARGENTINE

Nous y sommes restés 77 jours séparés en trois étapes car nous avons alterné avec le Chili entre le 25 janvier et le 17 mai 2009

Notre itinéraire de la première étape : Nous sommes arrivés à Ushuaia puis avons continué jusqu'à Porvenir au Chili et nous avons continué jusqu'à Calafate pour voir le fameux glacier Perito Moreno. Nous avons poursuivi toujours en autostop pour El Chalten et le parc Los Glaciars où nous avons été malchanceux avec la température. Après une semaine à attendre le soleil, nous sommes retournés à Calafate puis Rio Gallegos suivi de Las Heras et Los Antiguos puis traversé au Chili.


La Terre de Feu: Ushuaia

Notre 2e entrée en Argentine fut après notre séjour à Futaleufu au Chili, nous sommes allés à Esquel et le parc de Los Alerces et nous avons continué jusqu'à Bariloche et nous avons encore une fois quitté l'Argentine pour le Chili.

Notre 3e entrée fut par la même route soit celle d'Entre Lagos. San Martin de los Andes et Junin n'ont pas su nous charmer donc la route c'est vite fait avec notre premier bus de l'Argentine. Nous avons enchainé avec San Agustin et le parc Ichigualasto, Tafi del Valle et Cayafate. Toujours en bus nous avons poursuivi avec Salta, Purmamarca, Tilcara, Iruya et La Quiaca pour ensuite traverser en Bolivie


Le Parc Ischigualasto ou Vallée de la lune


NOS IMPRESSIONS GÉNÉRALES DE L'ARGENTINE

Après le Chili on ne pensait pas retrouver des prix encore plus chers pour les hébergements et campings. On s’était fait dire qu'après la Patagonie les prix étaient beaucoup moins chers mais il a fallu attendre l'extrême nord avant de voir les prix chuter réellement. On a évité Buenos Aires qui nous attirait peu et avons décidé de faire l'impasse sur la fabuleuse chute d'Iguaçu. On trouvait ridicule de faire 50 heures de bus aller-retour de Salta pour voir une chute aussi belle soit-elle. Eh oui, on doit faire des choix.

L'auto-stop a été facile dans toute la partie sud mais à partir de San Martin de los Andes la chance n'était plus avec nous et comme les nuits commençaient à être froides nous avons préféré le bus pour avancer plus rapidement vers le nord. Les distances sont encore plus considérables qu'au Chili. Les bus longues distances eux sont vraiment d'un grand confort.

Nous avons toujours fait du camping sauf arriver à Iruya et La Quiaca, les deux dernières destinations avant la Bolivie. Les chambres à Iruya étaient aux prix des campings.

Les villes de San Martin, Junin, Bariloche et à une certaine limite celle de Mendoza nous ont paru plus snob et hautaines.

Comme au Chili les villes nous ont peu charmés sauf arriver dans la région de Salta et plus au nord jusqu'à la frontière bolivienne. Dans le pays, il y a des paysages à couper le souffle parmi nos préférés, la Québrada de Cafayate, le parc Ischigualasto, le glacier Perito Moreno et le village d'Iruya.

Quebrada de Cafayate Argentine

CE QUE NOUS AVONS AIMÉ DE L'ARGENTINE
la diversité des paysages
Pas de visa d'entrée
l'auto-stop qui a été relativement facile dans le sud
le nord du pays (de Salta à la frontière bolivienne)
les nombreux campings
les baguettes de pain
lorsqu'il y a douche elles sont presque toujours chaudes
peu de négociation sauf quelques campings
possibilité de faire du camping dans certains parcs
l'eau est potable partout
le confort des bus que nous avons pris
Que plusieurs parlent anglais
Le prix très bas des repas à Salta
le bœuf
Le dulce de leche, repostero svp !

ESquel en Argentine

CE QUE NOUS AVONS « DÉTESTÉ » DE L'ARGENTINE
Le maté qui est très amer.
Devoir se faire à manger dû au prix des restaurants
La longueur des trajets entre certains sites d'intérêts.
Le prix des transports
les villes en générales qui ressemblent aux villes nord-américaines
Bariloche et San Martin des los Andes, qui nous parut moins accueillante malgré les beaux paysages
le parc d'Ushuaia qui a peu d'intérêts selon nous
Certaines entrées de parc très onéreuses
Et encore les touristes qui nous regardaient intensément dans leurs voitures de location pendant que nous faisions du pouce, on s'est même fait prendre en photo!!
que contrairement au Chili, les voitures ne s'arrêtent pas pour les piétons
Que le gaz pour cuisiné (bombonne) soit deux fois plus cher qu'au Chili


CE QUI NOUS A SURPRIS DE L'ARGENTINE
Grand nombre de touristes de la France
Que l'espagnol parlé soit si différent des pays voisins.
Qu'ils n'ont pas l'air d'apprécier le Chili
Une si grande différence de niveau de vie avec les deux régions du nord (c'est dernier étant plus pauvre)
Que plusieurs personnes qui nous ont pris en stop nous aient aussi donné des cadeaux
Que les gens mangent leur cornet de crème glacé avec une cuillère
Pas de contrôles policiers sur les routes mais plutôt à des endroits fixes comme au Chili
Que le WallMart se cache sous le nom de Changmas

LE glacier Perito Moreno

Résumé en chiffre :
2,766,890 km carrés
Capital Buenos Aires
Monnaie : Pesos Argentain 1 $CA = environ 3 pesos
langue : l'espagnol (langue officielle) mais aussi l'italien, l'anglais l'allemand et le français
Population 41 millions (juillet 2009)
Religion : catholique Roman 92 % (moins de 20 % pratiquants), Protestant 2 %, Juif 2 %, autres 4 %
Population urbaine 92 % (2008)
Espérance de vie 76ans
l'Argentine a une frontière terrestre avec Bolivie 832 km, Brésil 1,261 km, Chili 5,308 km, Paraguay 1,880 km, Uruguay 580 km et frontière côtiers 4,989 km
Altitude : Le point le plus bas : Laguna del Carbon -105 m (situé entre Puerto San Julian et Comandante Luis Piedra Buena dans la provinces de Santa Cruz)
Le point le plus élevé : Cerro Aconcagua 6,960 m (dans le nord-ouest de la province de Mendoza)
Type de gouvernement : République
Indépendance de l'Espagne le 9 juillet 1816

Chile Chico

NOURRITURE

On ne sera pas des experts de la nourriture car nous nous sommes presque toujours cuisinés mais nous pouvons dire que le bœuf est bon marché et délicieux.

Pour les empanadas nous les avons surtout mangé dans le nord car ceux-ci étaient moins chers et plus délicieux (à notre goût car plus épicé). Dans le nord également nous avons à quelque reprise mangé des cônes de frites avec mayonnaise.

Beaucoup de cône de crème glacé à déguster avec une cuillère.

Plusieurs Carrefours (Chaine européenne)

Breuvage : l'eau du robinet potable partout, ils boivent aussi du maté et ont donc presque toujours avec eux un thermos d'eau chaude.

Le Dulce de leche est un vrai délice, meilleurs à notre goût que le manjar du Chili. Le repostero est le meilleurs de tous

Quebrada de Cafayate Argentine<

MÉTÉO :
De tout : du vent en Patagonie, de la pluie à El Chalten de la chaleur que nous avons bien apprécié près du parc Ischigualasto. La meilleure saison est aussi leur période de vacance (décembre à février) donc beaucoup de monde et les campings sont facturés un prix exagéré à certains endroits.


ÉLECTRICITÉ : 220V prise Françaises et rarement doublé de l'Américaine

INTERNET; partout, le WiFi est monnaie courante dans les hospedajes de voyageurs, auberges jeunesses et dans tous les grands hôtels. Certains campings l'offrent également. Oublié internet à Iruya c'est d'une lenteur insoutenable.

Banques ATM dans toutes les petites, moyennes et grandes villes. Aucun frais avec ma carte visa or en prenant soin de déposer le montant via internet avant de retirer.

TRANSPORTS

Les bus sont habituellement ponctuels. Il y a les camas, semi camas et toute une gamme de services. Le prix des bus reste relativement cher pour notre budget à nous mais moins cher qu'au Canada ou en Europe. Les bus longues distances sont très confortables et les repas servis sont pas mal. L'auto-stop est facile mais nous avons eu de la difficulté à partir de San Martin vers le nord.

Ville de Bariloche, le parc et l'hotel Llao llao

SANTÉ

Pas de tourista on cuisine selon les règles... Par contre une bonne grippe pour Maryse à la fin de notre séjour en Argentine à 3500 mètres d'altitude. Les conseils d'un bon pharmacien de chez nous et tout est rentré dans l'ordre pour notre entré en Bolivie. .

SÉCURITÉ
Vol : nous n'avons senti en aucun moment l'insécurité même en auto-stop au contraire.

Le Parc National de la Terre de Feu

HERBERGEMENTS

Sur le même principe qu'au Chili, plusieurs noms différents pour dire un peu la même chose : difficile de démêler en réalité les Hospedajes des résidencials des hostals des B & B. Il y a bien une définition technique pour chacun d'eux qui dans la pratique est parfois difficile à percevoir. Disons que ces quatre appellations sont assez voisines. Les B & B ont surtout des propriétaires étrangers, les résidenciales sont moins populaires que les Hospedajes. Les hostals sont en principe de petits hôtels. Pour les prix aucune idée mais trop cher pour nous sauf à Iruya : 10 pesos par personne. Près de la frontière bolivienne.

Le camping est le moyen le plus économique pour voyager en Argentine, le camping sauvage est aussi possible. Beaucoup plus de campings standards qu'au Chili. Sinon quelques campings économiques qui se trouvent dans le jardin de certains hospedajes. Pour les campings c'est en général entre 7 et 15 pesos par personne. Attention à Bariloche et Mendoza les campings sont annoncés à 30 par personne donc il est parfois avantageux de prendre une chambre.

Au total nous aurons passé 25 nuits en camping gratuit ou sauvage, nos 5 dernières nuits en chambre et 47 en camping standard

Le Parc Ischigualasto ou Vallée de la lune


RÉSUMÉ EN TABLEAUX DE L'ARGENTINE

Budget de 10,93 $ par jour par personne pour nos 77 jours en Argentine

Voici les détails
budget argentine

Et voici les distances parcourues
distance argentine

Nous avons fait notre séjour en Argentin en trois étapes alternées avec le Chili. Nous avons regroupé les étapes pour les tableaux

Pour logement, le budget paraît bien bas mais sur les 77 jours passés en Argentine nous avons été 72 jours en camping, dont 25 sauvages ou gratuits Nous avons passé nos 5 dernières nuits dans une chambre qui était très économique car au nord complètement. Sinon les chambres mêmes en dortoir étaient hors de prix pour notre budget.

Pour la nourriture, le budget est aussi très bas car nous nous sommes toujours cuisinés (sauf 8 repas). Dans les restos il faut compter au minimum 5 $ pour le repas du diner (15) pesos ce qui aurait été catastrophique pour NOTRE budget.

Pour les breuvages, nous avons toujours pris l'eau du robinet, nos dépenses dans cette catégorie sont surtout de la poudre de jus pour mixer à l'eau qui goute parfois beaucoup le chlore.

Toujours aucun frais de banque en fonctionnant avec la carte Visa. On fait un virement de notre compte à la carte avant de le retirer quelques jours plus tard. Ça fait une grosse économie!

Pour les transports, nous avons aussi fait de grosses économies en faisant beaucoup de pouce (auto-stop) nous avons fait de cette façon 45 rencontres et reçu quelques cadeaux. À partir de San Martin de los Andes, nous avons surtout pris le bus.


Tous les endroits où nous avons dormi et l'itinéraire
Cliquez pour agrandir
argentine route

La suite en Bolivie


Par Maryse Guévin et Dany Thibault
Voyage Tour du monde 2006-2010
Photos, vidéos, budget et carnet de route (récits de voyage)

9 commentaires:

  1. Vraiment impressionnant ce glacier.. on se rend compte de la force de la nature.
    J'aime bien la façon bohème dont vous voyagez,ça permet un contact plus intime avec la nature et les gens. L'esprit d'aventure d'au jour le jour c'est vrmt bien!

    JORDAN

    RépondreEffacer
  2. Hello,

    Pas sûr que j'aurai enduré le séjour dans la tente! Ouf, sûrement pas très agréable. Belles tites faces dans sleeping bag......

    RépondreEffacer
  3. Un petit coucou des bretons. et oui nous nous sommes loupés de peu á los antigos... nous espérons vous recroisez en chemin... Plein de bisous et surtout plein de beau temps...
    A tres bientot
    eno y ju

    RépondreEffacer
  4. Oh lala une belle fille et au fond des montagnes que c'est beau!!! on ne dirais pas que Maryse à attendu 5 heures sur la route avec des petites mouches Continués nous pensons souvent a vous même si nous ne communiquons pas souvent.
    Bye Mamie et Popett

    RépondreEffacer
  5. Ouf, 5h d'attente d'autostop! Et dans les mouches en plus..Vous êtes courageux. 30 min et je retournais de bord moi hehe.
    Merci pour les infos et le lien, c'est très apprécié.

    JORDAN

    RépondreEffacer
  6. Vos photos sont magnifiques et vos textes si prenants... je ne m'en lasse pas ! Merci à vous...
    Toni

    RépondreEffacer
  7. C'est vraiment cool toutes ces photos. Et le toutou qui dors sous votre toile de tente...c'est le fun!


    xxx
    Lucie

    RépondreEffacer
  8. Vraiment impressionnants ces paysages désertiques. Les ruines inca avec les cactus sont vrmt belles.. Quant à cette sauterelle géante, je la mettrais bien dans mon insectier ahah Drôle de voir le chat qui pensait casiment que c'était un rat tlm il était gros

    RépondreEffacer
  9. Dany et Mickey,mardi, 26 mai, 2009

    Salut à vous nos amis,

    C'est toujours avec un grand plaisir que nous visitons votre blog, avec l'impression de faire un bout de route avec vous.
    Toujours de belles images et de magnifiques vidéos avec des paysages tous plus irisés les uns que les autres, que ce soit le ciel changeant, la beauté des rivières, des paysages lunaires ou des rochers multicolores, de même que les plantes, la faune et la flore.

    A voir les animaux qui vous approchent, vous devez aussi aimer les gens car comme on dit chez nous:" Qui aime les animaux aime aussi les humains "

    Bonne route et bonne continuation dans votre périple et je vous dédie une petite vidéo de la chanson de Félix Leclerc " Moi mes souliers "
    http://www.youtube.com/watch?v=05RAz7fPhSs&feature=related

    Allez Maryse et Dany, Bon vent pour la suite de votre belle aventure.

    Dany et Mickey, les p'tits Suisses

    RépondreEffacer

Laissez-nous vos impressions, commentaires ou questions. Il nous fait toujours plaisir de recevoir vos messages

Nous vous remercions Dany et Maryse

Commentaires Facebook