Menu déroulant Maryse et Dany en Tour du monde

Rechercher sur notre blog: Maryse et Dany en Tour du Monde

Recherche personnalisée

Marché de Masaya et le volcan, Catarina lagune Apoya le tout, près de Granada et la réserve privée La Maquina.

Nicaragua, volcan Masaya


23 janvier 2010


Nous passons plus de temps que prévu à Granada, car après avoir visité la ville, nous décidons d'aller faire un tour à Masaya, Catarina et le volcan Masaya à partir de Granada.

Gare des bus Masaya
Nicaragua, Masaya

À Catarina, l'entrée pour la vue de la lagune Apoyo, l'un des villages de Pueblos Blancos coûte 20 cordobas par personne. On hésitait à entrer, surtout après avoir vu que les habitants ne payaient que 2 cordobas. Nous étions à l'écart pour prendre une décision et le gardien a vite fait de venir nous voir pour nos proposer de payer qu'un seul des billets. Il n'a pas mis l'argent du billet dans ses poches, il nous a bien donné le reçu officiel.

Le vrai marché de Masaya.
Nicaragua, Masaya Nicaragua, Masaya Nicaragua, Masaya


Ensuite, nous avons été voir le marché de Masaya, le marché traditionnel et le marché artisanal (vente de souvenirs en tout genre). Après une courte visite de la ville, nous sommes retourné à Granada 9 cordobas par personne.

Le marché artisanal de Masaya (il y a de tout pour les souvenirs)
Nicaragua, Masaya, Mercado viejo Nicaragua, Masaya, Mercado viejo Nicaragua, Masaya, Mercado viejo

Une autre journée, nous sommes allés au volcan Masaya. Le bus coute entre 10 et 15 cordobas par personne, ça dépend du gars. Ensuite, l'entrée est à 80 cordobas par personne. Pour parcourir les 6 km entre l'entrée et le volcan, on peut prendre le transport du parc à 50 cordobas pour l'aller par personne.

Un vélo c'est bien pour toute la famille et la lagune d'Apoya
Nicaragua, Masaya Iglesia de San Jeronimo Nicaragua, Masaya, Catharina, laguna Apoyo

Ce n'est pas tous les sentiers que nous pouvons parcourir sans guide... Les possibilités de sentiers sont moins grandes que ce que nous pensions. Au retour du volcan, l'on décide de rejoindre l'entrée à pied. Nous remarquons un jeune qui nous suit, il est peu discret, habillé de la même couleur que les gardes de parcs. On arrête, il arrête, on avance, il avance, on arrête de nouveau, il arrête toujours avec une bonne distance... bizarre ce gars. On le voit lâcher prise, mais voilà que quelques mètres plus loin un autre prend la relève. Il est à vélo celui-là. Bon, c'est assez, on arrête et l'on attend. On voit le gars comme si de rien n'était faire des va-et-vient avec son vélo toujours à bonne distance. On attend en le regardant droit dans les yeux.

Nos photos de Masaya, volcan et lagune
Nicaragua, volcan Masaya
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Il finit par venir nous voir en nous demandant ce qui se passe... « C’est à toi de nous expliquer », répliquons-nous. Pour protéger le parc, ils sont deux jeunes à travailler pour les 6 km, entre le volcan et l'entrée nous explique-t-il. Et comment faites-vous si l'on est 5 à marcher à des distances différentes? « Euh, nous sommes capables de tous les voir », nous dit-il à nouveau. Bon, OK pourquoi essayer de jouer aux espions en gardant une distance... sans réponses? On lui parle un peu, tant qu'à avoir quelqu'un qui nous suit, aussi bien lui parler. Peu de temps après, nous arrivons au centre d'interprétation.

Vidéo de la région


Nous y restons un moment, et à notre sortie, nous ne voyons plus le jeune homme, il doit être sur une autre mission à suivre quelqu'un d'autre. Eh bien non, on le remarque quelques minutes plus tard, à une bonne distance de nous. Il essaie d'être discret, mais sa technique n'est pas au point. Il se voit découvert et nous dépasse (toujours à vélo celui-là) et plus loin il se cache dans le bosquet. Mais on l'a vu. Il n'est vraiment pas doué, ce jeune garçon. Il est bien caché lorsque nous arrivons à son niveau. On le dépasse sans le voir, tout en sachant qu'il est là. On attend de le dépasser de quelques mètres et l'on se retourne. Je lui fais de grands saluts, il s'était pointé, le nez pensait que nous ne savions pas où il était.

Nous arrivons sains et saufs à l'entrée, la forêt aussi a été épargnée, car nous étions sous surveillance. Peut-être que le parc devrait penser à offrir le transport gratuit.


Le 26 janvier 2010

Nous décidons de faire un petit détour avant de nous rendre à Leon. Nous prenons donc 3 bus pour nous rendre à la réserve de La Maquina, à quelques kilomètres de Boquita. Une réserve privée de forêt tropicale sèche. Il y a une jolie cascade, trois sentiers, mais en une demi-journée nous avons déjà fait le tour. Nous avions prévu d'y passer la nuit, donc nous installons notre tente à 50 cordobas par personne pour le camping et 20 cordobas par personne pour l'entrée. Deux jeunes curieux de 6 et 10 ans nous regardent installer la tente. Ils sont timides, mais curieux. Je leur propose de regarder dans la tente, ils en meurent d'envie, mais poliment refusent. J'insiste un peu et les voilà tous les deux à regarder par la porte de notre tente. Ils sont bien impressionnés de voir que nous dormirons à deux dans ce petit espace. Ensuite, je leur montre les photos du Québec que nous avons toujours avec nous.

Nos photos de la Réserve La Maquina
Reserve privée La Maquina
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Nous prenons notre diner de spaghetti, les enfants sont toujours à côté à guetter les moindre de nos mouvements. On leur offre du spaghetti, ils sont ravis. Ils sont en congé scolaire et leur mère et leur père travaillent ici. Le père de famille est aussi pasteur pour une église Évangélique. On parle un peu, et ils font un petit sentier avec nous tout heureux d'être guide et d'occuper leur journée. Ensuite, leur gène s'étant dissipé, nous jouons avec eux à congelado (à la taille). Ils ont vite fait d'épuiser Maryse et lorsque le frère de 12 ans se met de la partie, c'est Dany qui revient mort de fatigue.

Ils ont l'air bien sage comme ça...
Reserve privée La Maquina

C'est tout l'après-midi que nous passons à jouer avec eux. Lorsqu'il est temps de partir pour eux, leur mère doit presque les tirer de force. Ils espèrent nous voir demain, mais nous serons partis, leur expliquons-nous.

Nous sommes les seuls à faire du camping, pourtant l'endroit est accueillant, mais le camping n'a pas l'air populaire chez les Nicaraguayens et c'est surtout eux qui viennent visiter cette petite réserve. Ils y passent la journée, à se baigner et à profiter de pique-niques. C'est vrai qu'une journée ici est suffisante.


Par Maryse Guévin et Dany Thibault
Voyage Tour du monde 2006-2010
Photos, vidéos, budget et carnet de route (récits de voyage)

Commentaires Facebook