Menu déroulant Maryse et Dany en Tour du monde

Rechercher sur notre blog: Maryse et Dany en Tour du Monde

Recherche personnalisée

Notre carnet de route en odre chronologique du Mexique, Yucatan et Chiapas.

CARNET DE ROUTE EN ORDRE CHRONOLOGIQUE


TRAVERSÉE DE FLORES AU GUATEMALA À BONAMPAK AU MEXIQUE PAR LA TECNICA

Frontière pour le Mexique Bethel ou La Tecnica?

Pour le dernier mois et le dernier pays, nous avons pensé déroger à nos habitudes et pensé à prendre un shuttle pour nous simplifier la vie. Comme toujours, à une frontière, nous sommes un peu vulnérables aux arnaques pratiquées par les officiels. Nous avons lu dans nos guides de voyage et sur le net plusieurs histoires sur cette frontière. Premièrement, on dit que c'est difficile, fastidieux de passer par la frontière La Tecnica. Ensuite, on dit que c'est très cher en indépendant de passer par Bethel, car on doit payer la traversée de 40 minutes. Celle-ci coûte environ 500 quetzales le bateau (60 $) et l'on doit donc trouver d'autres passagers pour partager les frais et ça semble difficile. De plus, les douaniers demandent une taxe illégale de 40Q pour avoir droit à notre tampon de sortie. Ça, c'est ce que nous avions entendu. Aussi, on sait qu'ici (au Guatemala, mais surtout près de Flores), il faut négocier avec tous les bus et c'est ce qui nous énerve aussi.

Nous allons donc voir les shuttles, ils demandent 265Q (230Q négociés) pour le trajet Flores — Palenque. On décide au dernier moment de s'arrêter à Bonampak et la compagnie San Juan (la compagnie de shuttle) nous demande pratiquement le même prix et l'on n’a pas pu descendre à moins de 220Q pour le trajet Flores — San Javier. Nous avons aussi le choix de prendre le circuit Flores — Bonampak — Yaxchalan — Palenque pour 110 $ US. C'est trop et comme notre trajet n’est pas direct Flores — Palenque (qui est le meilleur rapport qualité-prix), nous décidons donc de faire le trajet par nous-mêmes.

Nous allons donc voir au terminal, nous allons voir Fuente del Norte qui nous dit très honnêtement que le prix est de 35Q PPP pour Flores — Bethel. On trouve le prix très attrayant. Avec Fuente del Norte, il y a un bus à 6 h, 7 h et 11 h. Nous allons voir pour un 2e avis. On demande à un homme qui nous conduit à une agence de voyages (le terminal est rempli d'agences de voyages). Il nous offre le prix de 70Q et nous explique qu'il vaut mieux aller à La Tecnica plutôt qu'à Bethel (ça, on savait déjà). On sort donc sans réserver malgré l'insistance de l'agence. L'homme qui nous y a conduits nous fait un signe discret et nous dit à l'abri du regard de l'agence de venir à 5 h, que le prix est de 30Q pp. Quelle gentillesse surprenante, de celui qui nous a emmenés à une agence!

Décidés, le lendemain matin nous partons de notre hôtel vers 4 h 30 pour le terminal. Nous voulions prendre un tuk-tuk (pour une fois, on les aurait encouragés), mais aucun n'est là. Seuls quelques shuttles se promènent. On marche donc peu rassuré jusqu'au terminal (on conseillerait aux autres de réserver un tuk-tuk la veille pour le matin). On arrive au terminal juste avant 5 h. On nous dit qu'il n'y a pas de bus à 5 h, on doit donc attendre celui de 6 h. hé surprise à 5 h 5, un colectivo arrive. On prend place, on demande si c'est bien 30Q, le gars dit non, c'est 50Q. On réplique qu'hier un gars de Fuente del Norte nous a dit 35Q pp. Il dit donc OK pour 35Q. Par contre, pour une fois, on pense que nous avons payé moins cher que certains locaux! En fait 35Q, c'est pour Bethel probablement et c'est peut-être un peu plus pour La Tecnica.

On part donc, vers La Tecnica, le trajet est beaucoup plus long que ce que nous pensions. Enfin, nous arrivons à Bethel. Nous descendons avec d'autres pour notre sortie du Guatemala. On a lu, sur le net, qu'ici (comme plusieurs endroits) demander le reçu est une astuce qui fonctionne. Par contre, ici plus qu'ailleurs, il est mieux de le faire avec une extrême gentillesse qui cache le doute que nous avons que ce soit illégal (il ne faut pas qu'il perde la face). Il nous donne notre tampon et ensuite, il nous demande la taxe de 20Q pp. (moins cher qu'avec les shuttles, car on a entendu des gens qui ont payé 40Q pe). On fait les surpris, « Ah oui, eh, mon ambassade m'a dit… eh... OK (en fouillant dans notre portefeuille), mais nous avons besoin d'un reçu officiel » il nous dit d'attendre un peu plus loin. Il fait passer les autres. Lorsque la régulation des passeports des autres est faite, le chauffeur nous demande pourquoi nous restons à l'écart. On lui dit que nous attendons le reçu officiel. Le douanier nous fait revenir et s'excuse, il est à court de reçus, « allez y passez » nous dit-il (sans que nous ayons besoin de payer!) Tout le monde garde la face. Une dame nous offre l'échange de nos quetzales à 1,40. Les autres disent que nous pourrons avoir un meilleur taux plus loin. On attend donc à La Tecnica. Les changeurs nous offrent le taux 1,45 (1,45 peso pour 1 quetzal). On ne veut pas courir le risque et l'on change le reste de nos quetzales (par chance, car on ne voit pas de changeurs du côté mexicain).

On descend du bus juste à côté du débarcadère. Avant d'aller plus loin, nous demandons à un passager de notre bus le prix pour la traversée, 10Q ou 15 pesos. Nous allons tout de suite voir la lancha (long bateau à moteur) qui nous dit que le prix est de 25 quetzales soit 35 pesos. On reprend place sur des sièges. On se fait dire bienvenu au Guatemala. On rectifie tout de suite, nous ne venons pas d’arriver, mais attendons qu'une lancha nous fasse un prix honnête. On voit un groupe qui demande le prix pour eux, 10 quetzales par personne répond le proprio de la lancha. On se dit qu'il voudra peut-être nous faire le prix à plusieurs. Dany va donc le voir alors que les 5 passagers ont déjà pris place. Il demande si le prix est bien à 10 quetzales. « Non, c'est 25Q », les autres qui s'inquiètent demandent à nouveau combien est le prix, il leur a dit 10Q et non 25Q, Dany répond à la place du gars : « Non, pour vous c'est 10 quetzales, 25 quetzales, c'est un prix exclusif pour nous » Dany reprend place à côté de moi, on est tous les deux frustrés. Les Guatémaltèques, à qui nous parlions, trouvent très étrange que, malgré le groupe, nous ne puissions pas payer le bon prix, alors que nous le connaissons. On parle un bon moment avec eux. Un ami du proprio de la lancha nous demande QUI vous a dit le prix, il est fâché, et cherche quelqu'un à chicaner. Est-ce le changeur d’argent? Non, non! c'est les aimables passagers, donc tu ne peux pas te venger sur personne!


La traversée de La Tecnica est de 5 minutes, on voit bien de l'autre côté les nombreuses lanchas qui sont en territoire mexicain. Qu’elle chance, une lancha arrive, elle transporte deux passagers du côté mexicain vers nous. Dany va vite à sa rencontre et pas besoin de négocier, la dame est bien contente d'avoir deux passagers pour le retour. Aussitôt l'accord fait, le premier proprio de lancha descend à la course les marches (moi resté en haut, je me dis que Dany a réussi a avoir le bon prix). Il menace la dame et son mari et dit qu'ils n'ont pas le droit de nous prendre à 10 quetzales et que nous sommes CES clients et que, s'ils ne veulent pas de problèmes, ils doivent nous laisser ici. La dame s'excuse à Dany, elle ne veut pas de problèmes. (C'est très petit comme village La Tecnica). On entend la dame répliquer (lorsque Dany est plus loin) qu'elle a besoin d'argent pour manger et pourquoi elle ne prendrait pas d'étrangers? Dany est en furie et moi, aussi. Qu'il ne veut pas nous prendre à un prix local, passe encore, mais menacer les autres qui sont prêts à nous prendre, c'est poussé trop loin! Là, pas question, on ne lui donnera jamais un peso! On explique ce qui s’est passé à nos « amis » guatémaltèques qui sont bien tristes pour nous... Pour satisfaction personnelle, le voyant nous regarder avec son sourire malicieux, je le prends en photo en lui disant que je veux garder un souvenir d'une personne aussi aimable. Les autres Guatémaltèques sont morts de rire!

Nous les saluons en leur disant que nous chercherons ailleurs. On demande donc pour une lancha, lorsque l'on nous indique le débarcadère, on explique la raison, pourquoi nous ne pouvons pas y aller. On voit sur le bord de la rivière une lancha et des femmes qui font leur lavage juste à côté. On s'informe, elles sont prêtes à nous traverser, mais elles ne savent manoeuvrer la barque. Elles envoient une jeune fille chercher quelqu'un. On voit notre « méchant » lanchero de l'autre côté, il vient tout juste de traverser nos « amis » guatémaltèques. Il vient dans notre direction. On se dit : pas encore!!! Eh non, il nous fait signe de venir le voir, il semble vouloir nous faire le bon prix, mais on le regarde à peine et on lui fait signe que l'on veut ne rien savoir de lui. Aurait-il pilé lui-même sur son orgueil, où les autres lui ont dit qu'il n'avait pas de sens? En tous les cas, on est plus orgueilleux que lui. On regrette un peu notre choix, lorsque la jeune revient en nous disant que la personne pouvant nous conduire n'y est pas.

La chance nous sourit, un homme en lancha nous remarque (on est pas très discret : deux blancs, avec sac à dos fluo sur le bord de la rivière à 300 mètres du débarcadère) et vient dans notre direction. Le prix est tout de suite le bon et nous traversons enfin, satisfaits!

Le montant pour lequel nous nous obstinions est ridiculement bas, mais c'est plutôt par principe. Surtout lorsque quelqu'un se mêle d'une discussion que nous avons avec un autre!

Nous arrivons côté mexicain. On tamponne notre passeport. Le tampon est à peine visible, mais les douaniers ne semblent pas vouloir en faire une 2e, c'est toujours comme ça, nous répondent-ils. Le douanier nous donne aussi un papier avec un montant, surement le montant que nous devrons payer à notre sortie, mais pour l'instant rien à payer, par chance car nous avons peu de pesos.

Nous prenons notre premier colectivo mexicain. Une grande vannette, confortable et avec un maximum de personnes! Un par siège et pas plus, déjà on voit une différence avec le Guatemala. Le prix nous semble cher, mais tous paient le même prix. C'est 100 pesos pour Palenque et 30 pesos pour San Javier (la jonction pour Bonampak).

Ça y est, nous sommes au Mexique, dernière étape pour nous pour ce périple.


BONAMPAK RUINE MAYA ET PEINTURES


Site de Bonampak


Vendredi 7 mai 2010


Une fois la frontière traversée, nous continuons notre route pour San Javier. Nous prenons un colectivo qui nous coute 30 pesos PPP pour le trajet entre la frontière et San Javier. De San Javier, nous devons marcher un 3 km pour nous rendre à l'endroit où l'on peut prendre un transport pour Bonampak.

Vidéo de Bonampak



Nous choisissons de laisser nos sacs à une auberge-camping en face de la coopérative de taxi. On laisse donc nos sacs à dos là et nous regardons pour un taxi pour les ruines. Pas de négociation possible; c'est une coopérative et tous sont au même prix. Nous prenons le taxi. C'est très cher (70 pesos par personne pour l'aller-retour). Nous prenons place, l'entrée au site est de 41 pesos pp. Les groupes de tours organisés arrivent en même temps que nous. Nous regardons l'heure, on a oublié de la changer, nous avons 1heure de plus ici côté mexicain que du côté guatémaltèque.

Nos photos de Bonampak
Site de Bonampak
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Nous avons donc 1 h 30 pour visiter le tout avant que le site ferme ses portes. En fait, il n'y a qu'un bâtiment, la particularité de ce site est la « salle des peintures ». Quelques peintures sont bien conservées et c’est très intéressant. La visite est courte et, par la suite, nous retournons pour installer notre tente. On se prépare un souper, nous sommes affamés, car nous n’avons rien avalé de la journée.

Le camping nous coûte 30 pesos PPP et l'emplacement est peu intéressant. On est bien fatigué de cette longue journée, le sommeil vient rapidement malgré la chaleur.

Site de Bonampak

Site de Bonampak





PALENQUE, RUINES MAYA ET VILLE


Palenque_0116


Samedi 8 mai 2010


Le matin, on se réveille tôt. Les fourmis ont été très voraces et nous ont bien attaqués durant la nuit. On range la tente, on refait nos sacs et l'on arrive juste à temps pour attraper le seul bus de la journée qui passe dans le village. Il est 6 h et le bus demande 70 pesos pe pour nous rendre à Palenque un trajet de 150km.

Vidéo de Palenque

Une fois arrivé, on cherche une chambre. On en trouve une à 100 pesos pour les deux. Nous nous achetons un 20 litres d'eau que nous buvons en deux jours; il fait tellement chaud! Ensuite, nous allons gouter aux tacos faits dans la rue. Palenque est une ville qui semble accueillir beaucoup de touristes, autant mexicains qu'étrangers. On est surpris de voir que les prix sont affichés pour plein de choses; c'est agréable de sentir que c’est le même prix pour tous.

repas mexicain
repas mexicainnourriture mexiquenourriture mexique


Dimanche 9 mai 2010

Le matin, nous prenons un colectivo pour les ruines de Palenque. Le colectivo coute 10 pesos pp. Nous devons payer une première entrée pour le parc à 25 pesos pp. Ensuite, nous attendons l'ouverture du site à 8 h et payons notre entrée à 51 pesos pe incluant le musée. Il y a un prix pour les caméras vidéo de 41 pesos supplémentaire, mais on ne nous demande rien donc on ne pose pas de question. (On pense qu'ils regardent plus les personnes en groupe).

Palenque

On apprend qu'aujourd'hui, dimanche, c'est gratuit pour les Mexicains! Nous sommes surpris par le nombre de vendeurs qui s'installent. Entre les ruines, le long des sentiers, il y a des dizaines et dizaines de vendeurs qui vendent plus ou moins la même chose. Le site est agréable et joli. Il y a des détails intéressants. Ensuite, nous allons au musée, là aussi il y a plein de petites choses intéressantes. On trouve par contre très bizarre qu'ils fassent tout un cinéma avec une réplique d'un tombeau. Il est dans une pièce à température contrôlée, avec un maximum de personnes qui ont droit d'entrer à la fois..., et tout ça, pour une réplique!!?!

Nos photos de Palenque
Palenque_0115
Cliquez sur la photo pour voir les autres

musée
Le musée des ruines de PalenqueLe musée des ruines de PalenqueLe musée des ruines de Palenque

Par la suite, on reprend un transport à 10 pesos pour retourner en ville. On se trouve quelque chose à manger. Pas de doute, la nourriture à plus de saveur qu'au Guatemala. Nous allons voir les transports pour Ocosingo. Que ce soit avec les colectivos ou avec un bus 1ere classe le prix est le même! On trouve ça très bizarre et l'on se demande si quelqu'un essaie de nous arnaquer... En tout cas, pour le même prix, on prendra le bus avec AC demain matin.

Palenque_0052




RUINES MAYA TONINA PRES D'OCOSINGO

Ocosingo, les ruines Tonina


Lundi 10 mai 2010


Une nuit encore très chaude, le bus avec AC nous enchante. Nous prenons le premier bus qui nous coute 55 pesos PPP de Palenque à Ocosingo. Avec la compagnie ADO, c'était le double du prix.

Le bus est lent et vide à notre grande surprise. Une fois à Ocosingo, nous cherchons une chambre. On se trouve quelque chose sans vraiment chercher à 120 pesos pour deux avec salle de bain privé.

Vidéo d'Ocosingo et ruines Tonina


À Ocosingo, on cherche le bureau d'info, mais il est fermé. Les policiers nous donnent l'info, le musée du site est ouvert aujourd'hui comme tous les jours. On pose la même question à une autre personne, qui nous répond aussi que le musée est ouvert aujourd'hui. On décide donc d'aller visiter le site aujourd'hui plutôt que d'attendre demain. (On apprend par la suite que TOUS les musées du Mexique sont fermés le lundi SANS exception).

Ocosingo, les ruines Tonina

On avale un quart de poulet délicieux avec riz pour 14 pesos. Nous prenons un colectivo pour les ruines à 10 pesos PPP pour 14km. Une fois sur le site, l'entrée est à 41 pesos pp. (il y a encore un prix d'affiché pour les caméras vidéo de 41 pesos supplémentaires, que nous évitons)

Nos photos des ruines Tonina
Ocosingo, les ruines Tonina
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Peu de détail sur le site, le musée est peut-être intéressant! Ce qui est différent ici, c'est que le site est fait tout en hauteur. La visite prend peu de temps, mais le site est intéressant par sa différence. Retour à Ocosingo, un peu déçu d'avoir manqué le musée. Nous reprenons du poulet pour le souper, il est vraiment délicieux et à un prix défiant toute concurrence! 45 pesos pour le poulet complet servi avec riz. On peut compléter avec des tortillas à 10 pesos le kilo.

Ocosingo, les ruines Tonina





VILLE COLONIALE DE SAN CRISTOBAL ET CAMPECHE


San Cristobal


Mardi 11 mai 2010


Aussitôt réveillés, nous allons à la recherche d'un bus pour San Cristobal. Nous quittons donc Ocosingo pour faire les 90 km qui nous séparent de notre prochaine destination. Les colectivos demandent 40 pesos pour le trajet, les bus aussi, mais il n'y en a pas en ce moment. On trouve bizarre que le prix soit le même, car le bus est bien plus confortable, mais les colectivos sont plus rapides et fréquents. On voit que les Mexicains paient le même prix que nous. Les topes, nous mettent à bout de nerfs. On arrive enfin à San Cristobal après 154 topes (et je ne dois même pas exagérer). Les topes, sont des bosses faits exprès sur la route pour obliger à ralentir (comme ce que nous avons aux stations-service). Ils sont beaucoup plus efficaces que les nôtres.

Nos photos de San Cristobal
San Cristobal
Cliquez sur la photo pour voir les autres

On sent tout de suite qu'il fait plus frais ici. Nous sommes à plus de 2,000 mètres d'altitude. On cherche un moment pour une chambre. Nous allons voir une auberge de jeunesse listée, mais les prix à 100 pesos le dortoir et l'accueil très froid nous fait vite faire demi-tour. Nous tombons par hasard sur Hostal Don Luis sur la rue 5 mayo, un peu au nord de 20 agusto. Nous avons une chambre pour deux avec salle de bain commune douche chaude, cuisine, salon, WiFi et le tout pour 100 pesos pour les deux. Parfait, on s'installe.

Vidéo de San Cristobal et Campeche


La température en soirée et la nuit baissent jusqu'à 15C et les couvertures de laine sont bienvenues. Nous décidons de profiter un peu de la fraicheur et restons quelques jours dans la ville. Vers 14 h nous avons toujours droit à une averse qui se continue jusqu'en fin d'après-midi.

San Cristobal est une ville coloniale vivante. Il y a plein de marchands de tacos près des parcs et autres vendeurs de nourriture en tout genre. Le marché est vivant et les prix pratiqués pour les étrangers corrects. Ça fait bizarre de ne pas avoir besoin de négocier! On écoute les Mexicains faire et ils négocient peu eux aussi, si le prix ne leur convient pas, ils vont tout simplement voir le vendeur d'à côté!

San Cristobal
San CristobalSan CristobalSan Cristobal

On profite de l'endroit avant de retourner à la chaleur. Nous cherchons un bus 2e classe pour Campeche, mais il semble n'y avoir qu’ADO qui fait la liaison. Tant pis, ce sera la première classe. On a peu de temps au Mexique et comme c’est la dernière étape de notre voyage, on s'en fait un peu moins avec notre budget.

San CristobalSan CristobalSan Cristobal

Le bus San Cristobal Campeche coute 372 pesos pour 12 heures de route et près de 500 km. Le bus est confortable, depuis le Pérou, que nous n'avions pas pris de bus de nuit!



San Cristobal


Campeche ne fut qu'un très court arrêt, nous y sommes arrivés le matin, nous y avons passé une nuit puis le lendemain matin départ pour Merida avec un arrêt à Uxmal. La ville de Campeche nous a peu charmés, les rues étroites et colorées sont jolies mais pas assez pour nous retenir plus longtemps.

Nos photos de Campeche
Campeche
Cliquez sur la photo pour voir les autres





SITE MAYA UXMAL

Site maya Uxmal


Lundi 17 mai 2010 ruine Maya d'Uxmal


Le matin, nous prenons le premier bus de Campeche pour Uxmal 85 pesos par personne alors que le trajet Campeche Merida est de 98 pesos!!! Nous arrivons sur le site à 9 h 30. Nous payons notre entrée de 116 pesos par personne (ce n'est pas donné) pour avoir droit de profiter du site (le billet d'entrée inclut le spectacle, son et lumière en soirée). Nous laissons nos sacs à dos en consigne (par chance inclus avec l'entrée) et nous allons à la découverte du site. Comme le voyage s'achève, nous ne regardons pas trop la dépense et allons voir plusieurs sites, par contre, si le voyage continuait pour plusieurs semaines, nous aurions fait des choix. Le site d’Uxmal est un des sites très intéressants du Mexique.


Vidéo de Uxmal


Nos photos d'Uxmal
Site maya Uxmal
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Comme il est encore tôt (et peut-être parce qu'il est lundi), nous sommes tranquilles sur le site.

Site maya Uxmal

Nous nous attardons aux détails des frises qui sont bien jolis et nombreux. Nous croisons quelques groupes à notre sortie du site et les vendeurs sont maintenant tous bien installés et nous proposent des souvenirs pour la belle-mère à 1 $.

Site maya UxmalSite maya UxmalSite maya Uxmal

Nous reprenons nos sacs et allons attendre sur la route un bus pour Merida. Le bus nous coute 50 pesos par personne. Nous sommes dans un bus 2e classe comme ce matin et avons l'air conditionné qui est bien apprécié.


Site maya Uxmal





VILLE COLONIALE DE MERIDA

Nos photos de Merida
Merida
Cliquez sur la photo pour voir les autres


Lundi17 mai 2010 Mérida


Nous arrivons à Merida après avoir pris un bus de Campeche et visité Uxmal en route. Nous avons des auberges de listées, mais, comme partout, les dortoirs sont souvent plus chers qu'une chambre privée dans un hôtel non listé. On part donc à la recherche d'un hôtel. Nous commençons notre recherche près du terminal où une dame nous propose une chambre avec salle de bain privé à 100 pesos pour les deux. Elle semble un peu chaude et nous décidons d'aller voir s'il y aurait mieux ailleurs. Nous voyons une annonce qui propose une chambre pour deux personnes avec salle de bain privé pour 80 pesos.

Vidéo de Merida


Nous nous dirigeons vers cette adresse lorsqu'un homme nous aborde en anglais et nous propose une chambre. Il nous dit qu'il fait un prix très intéressant, car c'est un nouvel édifice, le « Zocalo 2 ». Il commence à 250 puis termine à 150 pesos pour deux, mais avec tous les services, piscine, déjeuner complet, salle de bain privé, eau chaude, grande chambre, cuisine, TV et WiFi. Nous allons jeter un coup d'oeil et l'on se laisse convaincre. C'est dire que la fin du voyage approche, car nous n’aurions jamais pris cette chambre lorsque nous pouvons avoir à moitié prix ailleurs malgré le confort proposé. Tant pis pour la dépense...

MeridaMeridaMerida

On reste donc quelques jours dans cette ville. Nous avons droit à un petit déluge qui nous surprend. Nous sommes avec nos imperméables jetables, dehors détrempés, à traverser les rues avec de l'eau aux genoux. Remarquez que les gens sont tous pieds nus. L'eau avait déjà baissé, mais je ne pouvais pas sortir mon appareil photo avant.

Merida

Merida est une ville coloniale pas désagréable et bien située pour ceux qui préfèrent faire des aller-retour pour visiter les sites environnants. Les vendeurs de hamacs sont nombreux dans la ville et à la recherche de nouveaux arrivants. Nous parlons avec un « jeune universitaire qui donne des informations touristiques » et qui nous dit que nous avons une chance incroyable, car nous sommes dans le festival maya qui se déroule une fois au deux ans. Comme ça fait deux personnes qui nous parlent du festival maya (l'autre, c'était un serveur dans un resto, qui voulait nous vendre un verre), nous le croyons. Il poursuit en nous disant que la coopérative de fabrique de hamacs fermera ce soir dans 1heures, et ce, pour 1 semaine due au festival... Là, on commence à avoir des doutes. Par curiosité, nous allons tout de même voir la coopérative. Leur « joke » préférée ici, c'est de dire qu'il y a la mauvaise qualité pour les Américains (États-Unis) et le bon stock au bon prix est pour les autres.... Bien sûr, ils nous demandent notre nationalité avant... Pour les Européens, c'est la mauvaise qualité pour les Américains, suivis du cheap pour les Canadiens et les bons produits sont pour les Européens... Il nous explique tout de même un peu la fabrication des hamacs avant de nous lancer les prix : 2000 pesos le hamac! 170 $ canadiens!!!

Merida Merida

On s'informe de nouveau sur le fait qu'il sera fermé pour une semaine. On lui dit que nous repasserons peut-être, car nous revenons à Merida dans quelque temps. Il est un peu emmerdé, mais nous laisse aller après nous avoir dit qu'il sera peut-être fermé 10 jours et qu'ailleurs les prix sont bien plus élevés.

Le lendemain, on se fait un plaisir d'aller lui dire un petit bonjour en lui demandant pourquoi il n'est pas fermé pour ce festival SI important! Il est intéressant de l'entendre balbutier des raisons tout aussi farfelues, c'est à cause de la forte pluie d'hier, etc.. On lui fait un grand sourire et nous continuons notre route.

Prochaine destination : Cancún en passant par le site Chichén Itzá, site très achalandé.





SITE MAYA DE CHICHÉN ITZÁ

site maya Chichen Itza

Vendredi 21 mai 2010 Chichén Itzá

Départ le matin de Merida, nous prenons le premier bus pour Chichén Itzá (66 pesos pe 120km). Nous arrivons sur le site à 9 h, et contrairement à ce dont nous nous attendions, le site est tranquille et seuls les très nombreux vendeurs qui s'installent sont présents, mais ils ne sont pas trop dérangeants, ils doivent attendre les groupes. On se délaisse de 116 pesos PPP pour l'entrée du site.

Nos photos de Chichén Itzá
site maya Chichen Itza
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Comme sur la plupart des blogues, on voit pratiquement toujours la grande pyramide et peu de détails, on s'attendait à un site un peu désagréable ne vivant que pour les nombreux touristes de Cancún. Eh non, le site est intéressant et plein de détails. Nous avons même failli le délaisser, après les nombreux autres sites mayas visités.

Vidéo de Chichén Itzá


Comme on ne s’attendait à pas grand-chose, nous avons été agréablement surpris. Nous avons même pu en profiter presque seuls. Il est un peu dommage que les sites ne soient accessibles que de loin. Impossible de grimper sur les pyramides et aussi impossible de voir certains détails (comme les milles colonnes), de plus près.

site maya Chichen Itzasite maya Chichen Itzasite maya Chichen Itza

site maya Chichen Itzasite maya Chichen Itzasite maya Chichen Itza

On a compris pourquoi à notre sortie, des tonnes de bus bien rempli faisait leur entrée, du rarement vu pour nous. Un vrai bain de foule pour réussir à sortir du site.

Par la suite, nous avons attendu sagement le bus Oriente (moins cher qu’ADO) et avons pris notre ticket pour Cancún 114 pesos (quand même!) pour les 200 km restants.


site maya Chichen Itza


Pour profiter du lieu il ne faut pas arriver trop tard, sinon c'est la foule
site maya Chichen Itza






DE CANCUN À ISLA HOLBOX


Isla Holbox


Vendredi 21 mai 2010


Nous arrivons à Cancún de Mérida avec un arrêt pour visiter Chichén Itzá. Il est en fin d'après-midi et nous cherchons un endroit pour dormir, pas trop cher et surtout qui pourra garder un de nos sacs pour la prochaine semaine. Les endroits listés en dortoirs sont tous + — à 130 pesos par personne, on trouve ça un peu exagéré. On tombe sur une toute nouvelle auberge, ça sent encore la peinture. Elle fait ses dortoirs à 75pesos par personne. On prend une place. Nous restons deux nuits et nous lui laissons un de nos sacs à dos.

Isla Holbox

Ensuite, but à 7 h 30 le matin pour Isla Holbox (ou plutôt Chiquila) 76 pesos pe pour 170km. On poursuit avec un ferry des « 9 hermanos » 60 pesos l'aller pp. Il y a un ferry toutes les deux heures, c'est un catamaran avec AC et confortable, sinon les lanchas font le même prix si vous êtes six, nous préférons le ferry.

Isla Holbox

Une fois sur l'ile, on regarde pour un camping ou un dortoir pas cher. Difficiles, nous sommes dimanche et les proprios des deux endroits où nous allons sont absents. Les prix que nous indiquent les gens sur place sont de toute façon trop élevés. Dormir dans un dortoir en hamac à 100 pesos PPP et même chose pour le camping! Il faudrait voir avec le proprio et attendre, mais on ne veut pas perdre trop de temps, la journée est belle.

Nos photos de Isla Holbox
Isla Holbox
Cliquez sur la photo pour voir les autres

On se trouve une chambre confortable pour 250 pesos pour deux en face du zocalo; la posada Raza. Pour 2 $ de différence, vaux mieux la chambre que le hamac! On cherche peu et il doit être possible de trouver un meilleur prix.

On passe trois jours tranquilles à Isla Holbox. Le soleil est toujours au rendez-vous et la plage presque déserte. Le seul point faible est que les restos sont tous assez chers. Pas de problème pour nous, on termine la canette de gaz et l'on se cuisine pour quelques repas pour la dernière fois avant notre retour. La vraie arnaque est pour l'eau. Les 4 litres sont à 25 pesos, les 1L à 10 pesos, pour économiser il faut absolument acheter un 20L pour 12 pesos. On paie une consigne que le commerçant nous redonne lors du retour du contenant (demandez un reçu)

vidéo de Isla Holbox


Il n'y a pas grand-chose à faire sur l'ile, se promener, se baigner et profiter du moment.

Sur l'ile, les guides de voyages et les blogueurs aiment dire qu'il n'y a pas de voitures... seulement des scooters, motos et cars de golf... Premièrement, dans le centre les cars de golf sont tellement nombreux, que c'est désagréable, deuxièmement il y a des exceptions, camion de police, grosses machineries, les camions de livraison (Bimbo, Eau purifiée, Coke...) et les hôtels qui considère avoir besoin d'un camion (ou assez riche pour en avoir un) ce qui fait que dans le village c'est assez chargé. Par contre, c'est vrai, on n’a pas vu de voitures;) Sur les petits chemins secondaires, on est bien tranquille par contre.


Isla Holbox





RIVIERA MAYA; PLAYA DEL CARMEN ET ISLA MUJERES

Playa del Carmen
Playa del Carmen


Mercredi, 26 mai Playa del Carmen


Le matin, nous prenons le premier ferry à 5 h 30 à 60 pesos pp. Un bus attend de l'autre côté et nous nous rendons à Cancún avant de prendre un autre transport pour Playa del Carmen. Nous cherchons peu et prenons une chambre à 200 pesos.

Playa del Carmen
Playa del Carmen

Il y a beaucoup plus de monde ici qu'à Isla Holbox. Il y a plusieurs hôtels du type tout inclus. L'eau est turquoise et invitante. Nous allons aussi sur la grande rue piétonne, mais les nombreux rabatteurs la rendent moins agréable. Sur cette rue, nous retrouvons toutes les babioles souvenirs qui peuvent exister... Le fait que nous sommes en basse saison nous permet de profiter de la plage non surpeuplée. On a lu qu'à Cancún il y avait 27,000 chambres et 25,000 à Playa del Carmen! Ça fait du monde!

Photos de Playa del Carment
Playa del Carmen
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Malheureusement, nos derniers jours au Mexique ne seront pas très gastronomiques. Il est plus facile de trouver un fast food, qu'un vrai petit resto mexicain, à prix mexicain... Ce n'est pas grave, on se rabat sur les sushis du Wal-Mart!

vidéo de Riviera Maya

Vidéo de Playa del Carmen et Isla Mujeres


Vendredi 28 mai 2010 Isla Mujeres


Nous partons de Playa del Carmen et prenons le bus pour Cancún à 26 pesos pp. Les vendeuses de tickets font toutes pour que nous prenions ADO à 40 pesos, mais nous insistons.

De Cancún, nous devons prendre un petit colectivo pour le port Juárez à 4km du centre. Un gros 5,5 pesos pour le trajet. Par la suite ferry pour Isla Mujeres. On pense avoir pris le ferry le plus cher, il doit bien en avoir un autre plus économique. Le trajet nous a couté 70 pesos pp. Nous arrivons sur l'ile après 15 minutes de trajet. Nous allons dans la rue piétonne et un homme nous offre une chambre avec Ac et salle de bain pour 250pesos, pourquoi pas l'AC pour une fois!

Nos photos de Isla Mujeres
Isla Mujeres
Cliquez sur la photo pour voir les autres

Nous restons deux jours sur l'ile et partons à sa découverte à pied. Nous nous rendons facilement à Playa Rancheros (environ 5km) en marchant côté ouest et faisons le retour du côté est. Les restos semblent d'un mauvais rapport qualité-prix et nous décidons donc de nous cuisiner pour la dernière fois.

Isla Mujeres
Isla Mujeres

L'endroit n'est pas désagréable, mais, pour nous qui n'aimons pas faire la crevette sur la plage, il manque un peu de choses à faire.

Nous prenons donc le ferry du retour, nous resterons quelques jours à Cancún avant de prendre l'avion du retour.

Isla Mujeres
Isla Mujeres





NOTRE FINALE À CANCÚN

À VENIR

Commentaires Facebook